Grande première canadienne: une greffe faciale réalisée à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Quatre mois après la procédure, le greffé se porte bien. Sept ans plus tôt, l’homme avait été gravement défiguré par un tir accidentel.

Quatre mois après la procédure, le greffé se porte bien. Sept ans plus tôt, l’homme avait été gravement défiguré par un tir accidentel.

Crédit : Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

En 5 secondes

Le professeur de chirurgie plastique Daniel Borsuk et son équipe de chirurgiens de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont ont annoncé aujourd’hui avoir réalisé la première greffe de visage réussie au Canada.

Dans ce qui constitue une grande première canadienne, une équipe de chirurgiens de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont (CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal) menée par le plasticien émérite Daniel Borsuk annonce avoir réalisé avec plein succès une greffe de visage. L’intervention a été réalisée en collaboration avec Transplant Québec en mai 2018 à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont sur un homme défiguré de 64 ans, qui est ainsi devenu le greffé du visage le plus âgé du monde. L’opération, qui a duré 30 heures, a nécessité l’expertise de multiples spécialistes, mais aussi la collaboration exceptionnelle de plus d’une centaine de professionnels, médecins, infirmières et infirmiers, préposés, entre autres. Cette greffe a été rendue possible au moyen d’un don d’organes grâce au travail de Transplant Québec, avec l’accord et la bienveillance de la famille du donneur.

«Cette opération délicate est le résultat d’années de travail concerté et méticuleux d’une équipe formidable, et de la collaboration sans faille du patient et de sa famille, ainsi que de nombreux autres acteurs», a déclaré le Dr Daniel Borsuk, qui est aussi professeur de chirurgie plastique à l’Université de Montréal.

Quatre mois après la procédure, le greffé se porte bien. Il a retrouvé pleinement l’usage de la mastication et de la respiration. Sept ans plus tôt, l’homme avait été gravement défiguré par un tir accidentel. Il vivait depuis dans une souffrance constante et avait subi cinq interventions pour tenter de restaurer une qualité de vie acceptable, mais en vain.

La greffe de visage, une approche de dernier recours dans son cas, lui aura permis de recevoir deux mâchoires, un ensemble de muscles, des nerfs, des dents et de la peau, tout cela avec l'objectif de récupérer des fonctions essentielles qui, pour la plupart d’entre nous, semblent naturellement acquises, mais dont il ne jouissait plus depuis des années.

«Le CIUSSS est fier d’abriter en ses murs l’excellence en matière de chirurgie reconstructive, une discipline qui redonne l’espoir de recouvrer une vie normale à nombre de patients», a déclaré Yvan Gendron, président-directeur général du CIUSSS-EMTL. Le patient avait en effet dû vivre avec une trachéostomie (ouverture dans la trachée). Sa capacité à respirer, dormir, manger et parler se trouvait lourdement hypothéquée. Tout aussi invalidant, le poids du regard des autres, qui le poussait à s’isoler. Cet homme naturellement sociable aspirait depuis des années à recouvrer une vie normale au contact de la société.

L’équipe derrière la greffe faciale

Il aura fallu le travail acharné de toute une équipe pour réaliser cet exploit médical et scientifique inédit au Canada. Du côté de l’équipe de chirurgie, soulignons l’expertise des spécialistes suivants: en plastie, outre le Dr Daniel Borsuk, mentionnons le travail du DAndré Chollet, de la Dre Dominique Tremblay, de la Dre Jenny Lin, du Dr Charles Guertin et de la Dre Michèle Tardif; en ORL, celui de Dr Tareck Ayad et du Dr Akram Rahal; et en chirurgie maxillo-faciale, celui du Dr Jean Poirier.

La générosité d’une famille, le rôle crucial de Transplant Québec

Le volet médical et hospitalier de cette réalisation n’est qu’un des éléments qui ont contribué à sa réussite. Bien des partenaires doivent aussi être salués dans cette immense entreprise. En tout premier lieu, l’équipe tient à remercier chaleureusement le donneur et sa famille, qui, par leur générosité, ont permis à un homme de bénéficier d’une chance de reprendre une vie plus normale.

«Comme chirurgien plastique, je sais que, qu’elles soient petites ou grandes, les blessures physiques au visage revêtent un aspect particulièrement symbolique et étroitement lié à l’identité. Dans le cas de ce patient, le bénéfice de l’opération est tout particulièrement immense et inestimable», a déclaré Daniel Borsuk, qui a aussi tenu à remercier l’organisme Transplant Québec, partenaire précieux tout au long du processus.

«Transplant Québec est très heureux du succès de cette première greffe faciale au Québec et au Canada rendue possible grâce à un don d’organes. Nous tenons à souligner le geste de la famille du donneur, qui a fait preuve d’une grande bienveillance en acceptant qu’un être cher fasse don de son visage en plus de ses organes. La grande collaboration entre l’équipe du DDaniel Borsuk et celle de Transplant Québec est une des clés de la réussite de cette première au bénéfice du receveur. Le caractère novateur de cette greffe témoigne de la maturité professionnelle de Transplant Québec et des établissements de santé du Québec, qui sont de précieux partenaires», a pour sa part déclaré Louis Beaulieu, directeur général de Transplant Québec. 

Parmi les autres partenaires importants de cette greffe de visage, mentionnons la firme Johnson and Johnson, qui a fourni gracieusement du matériel médical, y compris des instruments et des produits chirurgicaux.

Une préparation de longue haleine de l’équipe et du patient

Une telle chirurgie exige non pas des mois, mais des années de préparation minutieuse, que ce soit celle des chirurgiens, qui ont affûté leur expertise en amont, ou encore celle du patient, qui est passé par un long parcours fait d’examens approfondis et de soins sur les plans tant physique que psychique. Une telle chirurgie a également nécessité une préparation importante du côté du don, des points de vue éthique et logistique, mais aussi relativement aux questions de consentement de la famille du donneur.

«Nous voulions nous assurer que le receveur abordait ce qui allait constituer un changement majeur dans son existence en pleine santé, et avec toute l’information nécessaire, mais aussi tout le soutien psychologique», a déclaré le Dr Borsuk, ajoutant: «Nous continuerons à épauler le patient afin qu’il s’adapte pleinement à sa vie après la chirurgie.»

La greffe de visage, quelques jalons

Le patient greffé, un homme de 64 ans qui avait été gravement défiguré par un tir accidentel, est la personne la plus âgée au monde à avoir reçu une greffe de visage.

Crédit : Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Cette procédure complexe demeure rarissime à l’échelle mondiale. Depuis 2005, une quarantaine de greffes de visages ont été effectuées dans le monde. La greffe effectuée par le Dr Borsuk et ses collaborateurs à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est la première non seulement au pays, mais aussi parmi les nations du Commonwealth. Bien qu’elle soit spectaculaire et qu’elle comporte de multiples facettes et défis, cette procédure s’avère en fait relativement peu coûteuse pour le système public, en ce qu’elle remplace une succession d’interventions visant à restaurer le visage et, plus fondamentalement, en ce qu’elle permet de rendre aux individus qui en bénéficient une vie productive et plus normale.

L’expertise de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont

L’établissement offre la seule équipe multidisciplinaire de chirurgie cranio-maxillo-faciale adulte de la province. Cette équipe se spécialise dans la reconstruction complexe du visage et du cou. Fort d’une expérience approfondie dans le domaine des greffes, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont est aussi un chef de file à l’échelle internationale en matière d’hématologie et de recherche touchant les greffes et le système immunitaire, la thérapie cellulaire, l’ophtalmologie et la néphrologie.

Un chirurgien plastique chevronné

Le Dr Daniel Borsuk, pour sa part, abordait cette intervention avec toute l’expérience d’un pionnier en matière de reconstruction faciale. Il était déjà entré dans l’histoire de la chirurgie reconstructive du visage en étant le seul médecin canadien à faire partie d’une équipe américaine de greffe faciale, en 2012, sur un homme de 37 ans défiguré par une blessure par balle. Plus récemment, dans une intervention de huit heures sur un patient adulte à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’équipe du Dr Daniel Borsuk a effectué une reconstruction du visage en utilisant une chirurgie virtuelle, des modèles 3D, le prélèvement de l’os du bassin vascularisé et son sculptage pour l’adapter au visage, et enfin la transplantation au visage par l’intérieur de la bouche, le tout sans laisser de cicatrices. Il est aussi connu pour ses travaux sur les enfants blessés par des morsures de chiens.

Le Dr Borsuk a obtenu ses diplômes B. Sc., MBA et M.D. à l’Université McGill avant de suivre sa formation en chirurgie plastique et reconstructive à l’Université de Montréal. Par la suite, il a effectué sa sous-spécialité en chirurgie cranio-maxillo-faciale et sa microchirurgie adulte et pédiatrique à l’Université Johns Hopkins et au R. Adams Cowley Shock Trauma Center à Baltimore, au Maryland, sous la direction du Dr Edouardo Rodriguez, l’un des pionniers dans le domaine des greffes faciales.

À noter qu’un documentaire relatant toute la procédure a été réalisé par l’émission scientifique Découverte, de Radio-Canada. Il sera présenté le 16 septembre à 18 h 30 sur ICI Radio-Canada Télé et à 20 h sur ICI RDI.

À propos du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-Est) regroupe l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Hôpital Santa Cabrini Ospedale, le CHSLD polonais Marie-Curie-Sklodowska et l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, de même que les centres de santé et de services sociaux de Saint-Léonard et de Saint-Michel, de la Pointe-de-l’Île et Lucille-Teasdale. Il compte près de 15 000 employés et près de 1000 médecins (ETP) répartis au sein de 43 points de service pour une population de 500 000 personnes. Il offre une gamme complète de soins de santé et de services sociaux de première ligne, de soins hospitaliers généraux, spécialisés, surspécialisés et de soins en santé mentale. Il offre également des soins de longue durée en hébergement. Affilié à l’Université de Montréal, le CIUSSS-Est conjugue les missions d’enseignement, d’évaluation et de recherche avec la formation de médecins et professionnels de la santé. Ses deux centres de recherche d’envergure se démarquent sur les plans national et international dans les sphères d’expertise que sont la santé mentale, l’immuno-oncologie, la santé de la vision, la néphrologie et la thérapie cellulaire.

À propos de Transplant Québec

Avec pour finalité de sauver des vies ou d’améliorer l’état de santé des personnes qui ont besoin d’une transplantation, Transplant Québec, sur mandat du ministre de la Santé et des Services sociaux, coordonne le processus de don d’organes, assure l’équité d’attribution des organes, soutient l’amélioration des pratiques cliniques par la concertation et la mobilisation des partenaires, et fait la promotion du don d’organes dans la société. Ainsi, Transplant Québec contribue activement à ce que le plus grand nombre possible de Québécois et de Québécoises en attente d’un organe puissent bénéficier d’une transplantation.

Relations avec les médias