Le BRAMS s’installe au pavillon Marie-Victorin

  • Forum
  • Le 20 septembre 2018

  • Mathieu-Robert Sauvé
Étudiante en psychologie, Margot Charignon est venue de France pour se joindre à l'équipe du BRAMS. Elle prend place au milieu d'une sphère munie de 80 haut-parleurs.

Étudiante en psychologie, Margot Charignon est venue de France pour se joindre à l'équipe du BRAMS. Elle prend place au milieu d'une sphère munie de 80 haut-parleurs.

Crédit : Mathieu-Robert Sauvé

En 5 secondes

Le Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son a inauguré ses nouveaux locaux au pavillon Marie-Victorin le 18 septembre.

Le Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son, mieux connu sous son abréviation anglaise BRAMS (Brain, Music and Sound Research), a inauguré le 18 septembre ses nouveaux locaux au premier étage de l’aile B du pavillon Marie-Victorin de l’Université de Montréal. «C’est ici que la nouvelle génération de chercheurs pourra être formée», a commenté Isabelle Peretz, la cofondatrice de ce laboratoire commun UdeM-McGill, en présentant son successeur à la centaine de personnes présentes. Simone Dalla Bella sera désormais codirecteur du BRAMS en compagnie de l’autre cofondateur, Robert Zatorre, professeur à l’Université McGill. Mme Peretz entame de son côté une année sabbatique.

Les nouveaux locaux sont munis d’équipements de haute technologie capables de mesurer l’activité cérébrale pendant l’écoute de la musique. Les salles, insonorisées, accueillent différents appareils d’imagerie médicale. Un dôme comptant 80 haut-parleurs au centre duquel un sujet de recherche prend place permet différentes expériences auditives. «C’est le seul de ce type au Canada», selon un guide bénévole qui accompagnait les visiteurs.

Dans une autre section, on a aménagé un système de mesure des mouvements pour étudier la synchronisation des danseurs avec les rythmes musicaux. Deux projets de recherche doctorale sont menés ici.

C’est en 2003 que l’aventure du BRAMS a commencé. Un grand nombre de travaux sur la perception musicale y ont été effectués. La neuropsychologue Isabelle Peretz y a réalisé l’essentiel de ses travaux de recherche. Avec plus de 25 000 citations relatives à ses articles scientifiques, elle figure aujourd’hui en 14e position parmi tous les chercheurs de l’UdeM (bonne première chez les femmes), selon l’index Google Scholar.

L’équipe n’a jamais cessé de s’agrandir et compte actuellement 25 chercheurs permanents et 44 membres associés. De multiples projets de deuxième et troisième cycle sont en cours.

  • Trois étudiantes en psychologie (Alexandra Leblanc-L’Ecuyer, Justine Daoust et Marie-Anne Prud’homme) ont fait visiter une salle du BRAMS où une autre étudiante (Nathalie Roth, assise) incarnait un sujet de recherche.

    Crédit : Mathieu-Robert Sauvé
  • Les chercheurs comme Philippe Albouy peuvent enregistrer l'activité cérébrale à l'aide d'électroencéphalographes.

    Crédit : Mathieu-Robert Sauvé