«Viens manger!», un livre gratuit rempli de recettes et de trucs rusés pour les étudiants

  • Forum
  • Le 5 octobre 2018

  • Martin LaSalle

En 5 secondes

Apprendre à cuisiner des plats sains, savoureux, à peu de frais? C’est possible avec le livre «Viens manger!», concocté par Marie Marquis, Stéphanie Côté et des étudiantes du Département de nutrition.

Saviez-vous que 11 % des étudiants de l’Université de Montréal ont rapporté manquer de nourriture parce qu’ils n’avaient plus d’argent*? Et que 200 étudiants fréquentent, semaine après semaine, la Banque alimentaire de l’UdeM pour arriver à se mettre quelque chose sous la dent?

Interpellée par le sort des étudiants qui peinent à joindre les deux bouts ou qui sont préoccupés par les prix lorsque vient le temps de faire un choix alimentaire, la professeure et diététiste Marie Marquis a décidé de leur faciliter la vie en leur offrant un livre intitulé Viens manger! Les lecteurs pourront accroître leurs habiletés en cuisine… tout en économisant et en mangeant sainement.

Édité en format électronique, Viens manger! est diffusé gratuitement grâce au financement du Fonds d’amélioration de la vie étudiante de l’UdeM. Réalisé sous la direction de Marie Marquis, le livre est le fruit du travail de la nutritionniste Stéphanie Côté et de trois étudiantes du Département de nutrition de l’Université: Amélie Loiselle, candidate à la maîtrise, ainsi que Marie-Pierre Léger et Marie-Pier Leroux, finissantes du baccalauréat.

Fait particulier, il n’est pas question de calories ni de gras saturés ou de valeur nutritive: «Notre livre ne parle pas directement de nutrition, lance Marie Marquis. Nous avons surtout cherché à donner des trucs et des recettes pour que les étudiants développent le goût et le plaisir de cuisiner ‒ à petit prix ‒ des mets qu’ils aimeront manger et, avec nos propositions, ils peuvent le faire sainement.»

Des trucs pour économiser et cuisiner simplement

Marie Marquis et Stéphanie Côté

Crédit : Benjamin Seropian

En transformant soi-même ses aliments de base, on débourse de trois à quatre fois moins d’argent pour se nourrir; sur une année complète, cela représente des économies potentielles de 6500 $ à plus de 9000 $!

C’est là l’une des choses qu’on apprend au fil des cinq premiers chapitres composés par la nutritionniste Stéphanie Côté.

«Les étudiants partent souvent de zéro quand vient le moment de planifier leurs menus et les achats qu’ils feront à l’épicerie, indique Mme Côté, passionnée de vulgarisation et communication en nutrition. Mon objectif était de leur donner confiance pour cuisiner et de les motiver à le faire, car plus on cuisine, plus on devient bon et fier!»

En plus d’expliquer en quoi il est économique de cuisiner et comment on peut s’y prendre, Stéphanie Côté donne une foule de trucs pour mieux organiser ses repas, s’approvisionner sans trop dépenser, éviter le gaspillage, tout en faisant connaître aux étudiants les nombreuses ressources offertes sur le campus, notamment par les Services aux étudiants (SAÉ), dont la Banque alimentaire, la Popote étudiante, les consultations en nutrition, et plusieurs autres à l’extérieur du campus. Ces conseils s’inscrivent d’ailleurs dans le courant du développement durable.

On apprend aussi à cuisiner avec les «touski», c’est-à-dire «tout ce qui» reste dans le frigo! Et à bien s’alimenter en cuisinant sans viande, du moins en partie. «Un kilo de bœuf haché maigre coûte environ 15 $, tandis que la même quantité de lentilles sèches coûte 3 $, fait remarquer Stéphanie Côté. En intégrant 10 repas végétariens sur les 21 qu’on mange par semaine, on économise 1000 $ par année sans se priver de protéines!»

85 recettes qui ont du goût… à moins de 3 $ par portion

Amélie Loiselle, Marie-Pier Leroux et Marie-Pierre Léger

Crédit : Benjamin Seropian

Un parfait au yogourt et au cottage pour le petit déjeuner, un couscous aux légumes pour le lunch et un poulet à l’italienne pour le souper, ça vous chante?

Ce ne sont là que 3 des 85 recettes que contient Viens manger! et qui illustrent que cuisiner à faible coût ne rime pas nécessairement avec faible goût!

Toutes ces recettes préparées par Amélie Loiselle, Marie-Pierre Léger et Marie-Pier Leroux ont d’abord passé le test de leurs propres papilles gustatives.

«Nous nous demandions toujours: est-ce qu’on en remangerait? dit Marie-Pierre Léger. Si la réponse était non, on recommençait!»

«Notre but était que chaque recette donne envie de continuer à se référer au livre pour essayer d’autres recettes», mentionne pour sa part Marie-Pier Leroux.

Les recettes ont également subi le test du portefeuille: chaque portion revient à moins de 3 $.

Des recettes expliquées en vidéo… et en musique

Jérome Roy

Non seulement les étudiantes ont mis au point les 85 recettes, mais une majorité de ces recettes sont présentées sous forme de vidéos pour faciliter la tâche aux étudiants (quelques exemples sont présentés à la fin de l'article).

Le tournage et le montage des vidéos ont été effectués au Département de nutrition par les trois étudiantes. Ainsi, du 4 juin au 17 août ‒ et souvent en période caniculaire! ‒, elles ont tourné la préparation de dizaines de mets qui prend la forme de capsules vidéos de moins de deux minutes.

Même si elles ne possédaient pas de compétences particulières pour le tournage et le montage de prime abord, le résultat étonne par le professionnalisme et la simplicité.

«Notre voulions montrer qu’il est possible de cuisiner de façon simple ‒ sans utiliser un jargon compliqué et sans avoir besoin de grands instruments», précise Amélie Loiselle, qui coordonnait le travail de ses collègues, partageait des conseils à la scénarisation et faisait le montage de chaque capsule.

Et, plutôt que d’inclure des commentaires audios aux vidéos, ce qui aurait alourdi le montage, Marie Marquis a fait appel à la Faculté de musique pour agrémenter chaque capsule. Le diplômé Jérome Roy a accepté de créer bénévolement une dizaine de compositions musicales!

Un projet stimulant et évolutif

Les trois étudiantes sont unanimes quant à la valeur pédagogique et humaine de leur projet estival. «Nous étions très motivées au départ et cette motivation s’est maintenue au fur et à mesure que nous avancions; ce fut très stimulant et formateur», ont-elles soutenu.

«Le résultat final est au-delà de mes espérances, affirme Marie Marquis au sujet du livre. Créé dans un délai très court, l’ouvrage est surtout le fruit d’un travail d’équipe mené dans un esprit de grande complicité.»

Et l’objectif de démontrer qu’il est possible de cuisiner simplement et de bien manger, malgré un budget limité, est atteint.

«L’originalité, c'est d’avoir produit un livre numérique qui pourra évoluer au fil des années, conclut la professeure. Ainsi, nous pourrions envisager la possibilité d’y intégrer des recettes d’autres pays qui plairont à la population diversifiée de l’UdeM!»


* Cette donnée est issue d’une étude menée par Marie Marquis et les nutritionnistes des SAÉ auprès de 857 étudiants du campus de l’UdeM, portant sur leurs motivations alimentaires. L'étude sera prochainement publiée dans l’International Journal of Consumer Studies.

Pâtes au thon "one pot"
En lecture:

Pâtes au thon "one pot"

Dix trucs pour économiser

1. Cuisiner les aliments de base (non taxés!) au lieu d’acheter du prêt-à-manger ou des aliments transformés.

2. Connaître les meilleurs rapports qualité-prix dans chaque catégorie d’aliments.

3. Donner une chance aux aliments moins beaux ou un peu moins frais.

4. Réduire le gaspillage d’aliments.

5. Intégrer plus de recettes végétariennes et de protéines végétales à ses menus.

6. Planifier ses repas de la semaine.

7. Connaître les épiceries les moins chères.

8. Comparer les formats d’achat et les marques.

9. Faire appliquer la politique des plus bas prix.

10. Profiter des produits du jour ou de la semaine, notamment grâce aux sites Web et applications.