Mise au point sur le processus disciplinaire concernant les violences à caractère sexuel

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Le point sur le processus disciplinaire en matière de violences à caractère sexuel.

L’Université de Montréal souhaite faire le point sur son processus disciplinaire en matière de violences à caractère sexuel suite au communiqué publié ce matin par la FAECUM.

L’UdeM est en accord avec les demandes des étudiants. Ils ont raison de vouloir un processus juste et équitable en matière de discipline en lien avec les violences à caractère sexuel et c’est ce que l’UdeM souhaite aussi. En ce sens, l’UdeM a, à maintes reprises et depuis plus d’un an, invité le Syndicat général des professeurs et professeures de l’Université de Montréal (SGPUM) à discuter pour établir un nouveau processus disciplinaire. L’exécutif syndical a, chaque fois, refusé. L’UdeM a aussi fait des propositions qui sont toutes restées lettre morte. Le SGPUM a préféré avoir recours au Tribunal administratif du travail, ce qui a eu pour effet de bloquer les discussions au sujet du processus disciplinaire au sein de toutes les instances universitaires. 

Le SGPUM indique avoir la même position que celle de la Fédération québécoise des professeures et professeurs d’université (FQPPU). Cette position stipule qu’il est « incompatible, pour une professeure ou un professeur engagé(e) dans une relation pédagogique avec un étudiant ou une étudiante, d’avoir une relation intime, amoureuse ou sexuelle, avec cette personne. » Du même souffle, la FQPPU indique que ce même professeur « doit pouvoir exercer la responsabilité de s’abstenir ou de se retirer d’une relation avec un étudiant confidentiellement et sans contrainte, de quelque nature qu’elle soit, de la part de l’employeur ou de ses représentants. » Ce manque d’imputabilité est inacceptable pour l’UdeM.

Finalement, l’UdeM a respecté entièrement le processus prévu par la loi 151 visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur et, à ce titre, a invité le SGPUM aux consultations sur sa politique qui auront lieu dans les prochaines semaines. L’invitation a d’ailleurs été lancée au même moment à tous les syndicats et associations étudiantes du campus. L’UdeM espère qu’ils seront tous au rendez-vous.

Relations avec les médias