L’Université de Montréal décerne un doctorat honorifique à Marc Lalonde

De gauche à droite: Réjean Hébert, doyen de l'École de santé publique de l'UdeM; Guy Breton; Marc Lalonde; le chancelier, Louis Roquet; et le secrétaire général de l'Université, Alexandre Chabot.

De gauche à droite: Réjean Hébert, doyen de l'École de santé publique de l'UdeM; Guy Breton; Marc Lalonde; le chancelier, Louis Roquet; et le secrétaire général de l'Université, Alexandre Chabot.

Crédit : Benjamin Seropian

En 5 secondes

L’Université de Montréal a remis un doctorat honorifique à Marc Lalonde, qui a marqué l’évolution de la santé publique au Canada et ailleurs dans le monde.

L’Université de Montréal a reconnu la contribution significative à la santé publique au Canada et ailleurs dans le monde de Marc Lalonde en lui décernant hier, à l’occasion des célébrations du cinquième anniversaire de l’École de santé publique de l’UdeM, un doctorat honoris causa.

«Pour les gens de ma génération, Marc Lalonde, c’est ce pilier d’un gouvernement qui a profondément marqué l’histoire du Canada, a mentionné le recteur, Guy Breton. Or, ce n’est pas cet homme politique mémorable que nous honorons aujourd’hui, mais le visionnaire studieux qui aura signé l’un des rapports les plus marquants de l’histoire du pays.»

Pour sa part, le chancelier Louis Roquet a remercié M. Lalonde «pour ses nombreuses réalisations qui ne peuvent qu’inciter nos futurs professionnels de la santé publique au dépassement, à l’engagement et à l’innovation».

Titulaire d’une maîtrise de la Faculté de droit de l’Université de Montréal, où il a également enseigné, Marc Lalonde a grandement influencé les politiques de santé publique au pays. On lui doit notamment le rapport Nouvelle perspective de la santé des Canadiens, publié en 1974, connu par la suite sous le nom de «rapport Lalonde». Ce document a marqué l’évolution de la santé publique au Canada et dans le monde entier.

À partir de 1968, son engagement politique l’a amené à occuper les postes successifs de directeur de cabinet du premier ministre Pierre Elliott Trudeau, de ministre de la Santé et du Bien-être social, ministre des Relations fédérales-provinciales, ministre de la Justice, ministre de l'Énergie, des Mines et des Ressources et ministre des Finances. M. Lalonde n'a jamais cessé de participer aux activités de multiples organisations canadiennes et internationales.

Travaillant à son compte depuis 2006, Marc Lalonde a été, après son retrait de la vie politique active, associé au cabinet Stikeman Elliott, où il s’est spécialisé dans le domaine de l'arbitrage commercial à l'échelle internationale.

En 2004, Marc Lalonde a été intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne.