La FEP formera des intervenants en soins palliatifs et en fin de vie

  • Forum
  • Le 23 octobre 2018

  • Mathieu-Robert Sauvé
Le nouveau programme se concentre sur les soins de fin de vie.

Le nouveau programme se concentre sur les soins de fin de vie.

Crédit : Getty

En 5 secondes

La Faculté de l’éducation permanente crée un microprogramme de premier cycle en soins palliatifs et de fin de vie.

La Faculté de l’éducation permanente (FEP) de l’Université de Montréal crée un microprogramme de premier cycle en soins palliatifs et de fin de vie qui devrait accueillir ses premiers étudiants dès l’hiver 2019. Les membres de la Commission des études ont donné leur approbation à ce projet à leur réunion du 16 octobre.

Ce nouveau programme a pour objectif d’outiller les professionnels du réseau de la santé et des services sociaux, ainsi que tout étudiant appelé à travailler dans le domaine des soins palliatifs et de fin de vie. Issu d’une collaboration entre les facultés des sciences de la santé et le milieu clinique, le microprogramme s’appuie sur un besoin exprimé par les différents intervenants. En effet, le sous-comité de travail sur la formation initiale et les stages du Comité interfacultaire et du réseau clinique en soins palliatifs et de fin de vie de l’UdeM, constitué en 2015, a constaté que la formation du personnel hospitalier et des services sociaux était lacunaire à plusieurs égards. «Ainsi, peut-on lire dans le document de présentation, des milliers d’infirmières bachelières par cumul de certificats ont effleuré à peine le sujet lors de leur formation universitaire. Quant aux travailleurs sociaux, psychologues, intervenants spirituels, aucune formation obligatoire en la matière n’est de rigueur.»

C’est pour combler ces lacunes que ce microprogramme de neuf crédits a vu le jour. La clientèle visée est constituée d’infirmières bachelières, d’infirmières qui terminent un baccalauréat par cumul de certificats et de toute personne, professionnel ou étudiant, intéressée par le sujet. Par ailleurs, les cours du microprogramme pourraient être suivis par les étudiants en sciences de la santé ou encore ceux des disciplines psychosociales, sans qu’ils soient forcément inscrits au mcroprogramme.

La Faculté des sciences infirmières a accepté de collaborer avec la FEP à ce projet. La Faculté de médecine et la Faculté de pharmacie sont aussi des partenaires. Le doyen de la FEP, Christian Blanchette, a mentionné que ce nouveau programme s’inscrit dans une stratégie de mise en place de programmes courts. Pour la vice-rectrice adjointe aux études de premier cycle et à la formation continue, Sylvie Normandeau, ce programme «veut permettre à des professionnels de venir acquérir des formations sur mesure qui leur permettront d’obtenir rapidement une attestation. Et peut-être que cela va les inciter à revenir s’inscrire à des programmes plus longs».