Une intervention chirurgicale exceptionnelle

Une vue avant-après du crâne de la patiente montre à quel point la taille de la boîte crânienne et la quantité de  liquide céphalorachidien ont été remarquablement réduites par la chirurgie.

Une vue avant-après du crâne de la patiente montre à quel point la taille de la boîte crânienne et la quantité de liquide céphalorachidien ont été remarquablement réduites par la chirurgie.

Crédit : CHU Sainte-Justine

En 5 secondes

Grâce aux interventions d'une équipe pédiatrique du CHU Sainte Justine, une fillette de deux ans atteinte d’une forme extrême d’hydrocéphalie pourra un jour avoir une vie plus normale.

À 9 mois, le périmètre crânien du bébé a mesuré 72 cm.

Crédit : CHU Sainte-Justine

Le CHU Sainte-Justine est fier d’annoncer que les technologies les plus avancées conjuguées au travail d’une équipe pédiatrique hautement spécialisée menée par le Dr Alexander Weil, neurochirurgien pédiatrique, et le Dr Daniel Borsuk, chef de chirurgie plastique, tous deux professeurs de chirurgie à l’Université de Montréal, ont permis de redonner à une fillette de deux ans, atteinte d’une forme extrême d’hydrocéphalie, l’espoir d’avoir un jour une vie plus normale.

L’enfant, qui a subi deux interventions dont une reconstruction complète de la boîte crânienne, ne pouvait même pas se tenir en position assise en raison du volume et du poids de sa tête. Son cerveau était comprimé par l’excès de liquide céphalorachidien.

Au moyen de modélisations et de technologies en trois dimensions, appuyées par une imprimante 3D, et au terme d’une opération de 12 heures, les chirurgiens ont pu ouvrir et reconstruire dans des dimensions plus proches de la normale la boîte crânienne exceptionnellement grosse de l’enfant, qui contenait trois litres de liquide céphalorachidien, alors que la quantité habituelle est de 150 millilitres. Pour réaliser cette prouesse, l’équipe a entièrement modélisé la boîte crânienne de la fillette, en numérotant les sections pour les remettre en place, un peu à la manière d’un étonnant puzzle.

«Cette petite patiente souffrait d’un problème d’élargissement de la boîte crânienne, appelé macrocrânie extrême, qui la rendait complètement immobile en raison de la taille et de la lourdeur de sa tête. Ces interventions permettent d’espérer pour elle un développement plus normal», a déclaré le Dr Weil. De son côté, le Dr Borsuk a salué «le travail concerté d’une équipe multidisciplinaire chevronnée, qui a permis de réaliser avec succès ces opérations complexes».

Les médecins ont tenu à remercier chaleureusement tous les professionnels qui ont collaboré à ces interventions, mais aussi la famille de l’enfant, qui a placé sa confiance entre leurs mains.

  • Les chirurgiens Daniel Borsuk (gauche) et Alexander Weil.

    Crédit : CHU Sainte-Justine

À propos de l’hydrocéphalie

L'hydrocéphalie se caractérise par un excès de liquide céphalorachidien dans les cavités du cerveau qui résulte d'un blocage de la circulation de ce liquide ou d'une dysfonction de la réabsorption du liquide. Sans traitement, des lésions cérébrales peuvent causer un retard de développement neurologique et même entraîner la mort. Parmi les autres conséquences possibles, on note des troubles d’apprentissage, des difficultés d'attention, de mémorisation et de concentration.

À propos du CHU Sainte-Justine

Le Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine est le plus grand centre mère-enfant du Canada et le 2e plus important centre pédiatrique d'Amérique. Il est membre du grand réseau d'excellence en santé de l'Université de Montréal (RUIS). Il compte 5 457 employés dont 1 532 infirmiers et infirmières auxiliaires et 1 000 professionnels en soins, 520 médecins, dentistes et pharmaciens, 822 résidents et plus de 204 chercheurs, 411 bénévoles, 4 416 stagiaires et étudiants de toutes disciplines. Le CHUSJ comprend 484 lits dont 67 au Centre de réadaptation Marie Enfant (CRME), seul centre dédié exclusivement à la réadaptation pédiatrique au Québec. L'Organisation mondiale de la santé a reconnu le CHU Sainte-Justine « hôpital promoteur de la santé ».

Relations avec les médias