Des membres de l’Université de Montréal décorés d’un insigne de l’Ordre du Canada

La devise inscrite sur les médailles de l’Ordre du Canada, «Desiderantes meliorem patriam», signifie «Ils aspirent à une patrie meilleure».

La devise inscrite sur les médailles de l’Ordre du Canada, «Desiderantes meliorem patriam», signifie «Ils aspirent à une patrie meilleure».

En 5 secondes

Des professeurs et des diplômés de l'UdeM seront prochainement décorés d'un insigne de l'Ordre du Canada par la gouverneure générale, Julie Payette.

Des professeurs et des diplômés de l'Université de Montréal ont été nommés à l’Ordre du Canada. L’annonce en a été faite le 27 décembre par la gouverneure générale, Julie Payette. Les récipiendaires seront invités à recevoir leur insigne au cours d'une cérémonie qui aura lieu à une date ultérieure.

Prestigieuse distinction honorifique civile du pays, l’Ordre du Canada rend hommage aux personnes dont les services transforment notre société, dont les innovations stimulent notre imagination et dont la compassion unit nos collectivités. 

Professeurs

Richard E.Tremblay

Crédit : Jean-François Hamelin

Insigne d’officier

Professeur émérite de l’Université de Montréal, Richard E. Tremblay est promu officier pour sa contribution scientifique en psychologie et en psychiatrie, en tant que spécialiste du développement de l’enfant.

En raison de son prestige dans la communauté scientifique mondiale, M. Tremblay a obtenu le Prix de Stockholm 2017, l’équivalent du Nobel en criminologie, des mains de la reine de Suède. C’était la première fois que cette récompense était accordée à un Canadien. Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur le développement de l’enfant de 2000 à 2007, Richard E. Tremblay est connu pour avoir conçu en 1984 une base de données permettant de remonter aux origines de la délinquance. L’Étude longitudinale et expérimentale de Montréal contient des informations détaillées sur un millier de garçons de 53 écoles de milieux défavorisés, leurs parents et leur milieu social. Lorsqu’il a créé avec ses collègues cette base de données unique au monde, l’objectif était d’orienter les interventions préventives vers des cibles plus précises pour en augmenter l’efficacité. Cette enquête a rendu possible le repérage dès la maternelle de garçons susceptibles d’avoir des problèmes sérieux de comportement à l’adolescence et au début de l’âge adulte. Le volet expérimental a permis de démontrer l’efficacité à long terme d’interventions soutenues auprès des jeunes garçons les plus à risque.

Robert Lacroix

Crédit : Amélie Philibert

Le recteur émérite de l’UdeM, Robert Lacroix, est pour sa part promu au rang d’officier de l’Ordre pour son apport aux sciences économiques et à l’élaboration de politiques publiques, à titre de recteur et de professeur émérites. Cofondateur du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations, M. Lacroix a occupé à l'Université diverses fonctions, dont celles de directeur du Département de sciences économiques, de directeur du Centre de recherche et développement en économique et de doyen de la Faculté des arts et des sciences. Son expertise sur la question des universités demeure très recherchée au pays et à l’étranger.

Hélène Boisjoly, doyenne de la Faculté de médecine

Insigne de membre

Doyenne de la Faculté de médecine, Hélène Boisjoly est également professeure au Département d’ophtalmologie et spécialiste de la transplantation de la cornée. Elle a mis sur pied plusieurs fonds pour la recherche et l’enseignement, notamment le Fonds de recherche en ophtalmologie de l’UdeM, et deux importantes chaires à l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, la Chaire Léopoldine A. Wolfe et la Chaire Charles-Albert-Poissant en transplantation cornéenne.

Mme Boisjoly est nommée membre pour sa riche contribution à la santé de la vision et pour sa gouvernance dans le monde universitaire de la médecine.

Parmi ses champs d’intérêt en recherche figurent l’immunologie de la transplantation cornéenne et les facteurs de risque liés au rejet, les maladies virales dont l’herpès oculaire, la cicatrisation des plaies ainsi que les résultats visuels et fonctionnels des patients atteints de maladies oculaires chroniques et des patients ayant été opérés de la cataracte et à la cornée.

Mme Boisjoly s’est engagée dans la gouvernance et les affaires internes de l’UdeM. Au chapitre de l’enseignement, elle est l’une des architectes du nouveau doctorat en sciences de la vision. Membre de plusieurs conseils d’administration dont ceux du CHUM et du CHU Sainte-Justine, elle a présidé le comité de direction de la M8 Alliance (2017) et l’organisation de la rencontre internationale World Health Summit à Montréal en 2017.

Isabelle Peretz

Isabelle Peretz, neuropsychologue et professeure au Département de psychologie de l'Université de Montréal, est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neurocognition de la musique et de la Chaire Casavant en neuropsychologie et cognition musicale. Cofondatrice du Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son, elle y a réalisé l’essentiel de ses travaux de recherche. Mme Peretz entre à l’Ordre du Canada pour avoir révélé les mécanismes neuropsychologiques qui permettent au cerveau de saisir la musique et pour avoir mis au jour les effets qui en découlent. 

Avec plus de 25 000 citations relatives à ses articles scientifiques, elle occupe aujourd’hui la 14e position parmi tous les chercheurs de l’UdeM, selon l’index Google Scholar.

Les recherches de la professeure Peretz ont pour point central les processus cognitifs en jeu dans les activités musicales. Elle a notamment démontré les fondements biologiques de la musique, le fait que celle-ci repose sur des bases neurologiques et cognitives pouvant être étudiées en laboratoire. Dans ses travaux, elle aborde également la compréhension fine du potentiel musical de la population en général. Mme Peretz a ouvert la voie de la «neurocognition de la musique» et en a fait un champ disciplinaire effervescent. Grâce à elle, Montréal est la capitale mondiale de l’étude du «cerveau musical».

Diplômés

Insigne d’officier

Robert Tessier (sociologie 1968) est promu officier pour sa contribution à la fonction publique et au monde des affaires ainsi que pour son engagement social et professionnel soutenu. Président de la Caisse de dépôt et placement du Québec, M. Tessier préside le conseil d’administration de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’UdeM depuis 2014.

Insigne de membre

Pionnière des recherches en histoire des femmes au Québec, Micheline Dumont (lettres 1959) est l’une des plus importantes collaboratrices du Dictionnaire biographique du Canada. Membre du Collectif Clio, elle a publié L'histoire des femmes au Québec depuis quatre siècles (1982). Mme Dumont voit, une fois encore, sa carrière être saluée. Elle est nommée membre de l’Ordre pour son apport à l'enseignement de l'histoire des femmes et de l'éducation au pays ainsi que pour sa contribution à la recherche dans le domaine.

Daniel Granger (droit 1973) entre dans l’Ordre du Canada pour ses réalisations dans le secteur des communications et le monde du sport. Il est actuellement président de ACJ Communication, un cabinet de consultation en communication d’entreprise et relations publiques, et président des conseils d’Olympiques spéciaux Québec et du Groupe HEC-Paris du Canada. Avocat de formation, M. Granger possède une expérience de plus de 30 ans à titre de dirigeant et consultant en communication.

Pour son travail incessant à élever les droits de la personne et pour sa contribution au monde juridique canadien et international, la juge Michèle Rivet (droit 1975) est décorée de l'insigne de membre. Mme Rivet a été présidente fondatrice du Tribunal des droits de la personne pendant 20 ans. Elle siège maintenant à la Commission internationale de juristes, à Genève.

Charles Tisseyre (droit 1973) est connu pour l'animation à ICI Radio-Canada Télé du magazine scientifique Découverte, dont il tient la barre depuis 1992. M. Tisseyre est décoré de l’Ordre du Canada pour son travail de vulgarisateur scientifique et sa défense des médias d'information. Journaliste depuis 1978, il a reçu plusieurs prix pour sa prolifique carrière, dont celui du meilleur animateur d'émission d’affaires publiques au Gala Artis.

Surtout connu comme éditeur et homme politique québécois, Denis Vaugeois est diplômé de l’UdeM en lettres (1959) et en sciences de l’éducation (1962). Ancien ministre péquiste, il est cofondateur des éditions du Boréal Express (1963) et du Septentrion (1987). M. Vaugeois reçoit l’insigne de membre pour ses efforts à promouvoir et à vulgariser l’histoire sur différentes plateformes depuis plus de 40 ans.

Notons également que Gilbert Laporte, professeur au Département de sciences de la décision de HEC Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en distributique, est élu membre de l'Ordre du Canada pour avoir contribué au progrès des sciences décisionnelles et à l'élaboration de nouvelles méthodes en recherche opérationnelle.