Nouveaux programmes en physiothérapie neuromusculosquelettique

  • Forum
  • Le 20 février 2019

  • Mathieu-Robert Sauvé
La Faculté de médecine propose la création d’un diplôme d’études professionnelles approfondies et d’un microprogramme de deuxième cycle de physiothérapie avancée en neuromusculosquelettique.

La Faculté de médecine propose la création d’un diplôme d’études professionnelles approfondies et d’un microprogramme de deuxième cycle de physiothérapie avancée en neuromusculosquelettique.

Crédit : Getty

En 5 secondes

La Faculté de médecine mettra sur pied deux nouveaux programmes d’études axés sur les soins neuromusculosquelettiques.

La Faculté de médecine de l'Université de Montréal propose la création d’un diplôme d’études professionnelles approfondies et d’un microprogramme de deuxième cycle de physiothérapie avancée en neuromusculosquelettique. Les membres de la Commission des études ont donné leur approbation unanime à ce projet à leur rencontre du 19 février. L’implantation de ces programmes est prévue pour l’hiver 2020.

En raison du vieillissement de la population, les besoins relatifs à ce type de soins sont en hausse. Résultat, les délais d’attente pour une consultation dépassent les six mois dans 4 centres hospitaliers sur 10 du réseau québécois de la santé.

Selon un sondage mené par l’Université de Montréal en 2017, les soins neuromusculosquelettiques occupent plus de 75 % des nouveaux diplômés en physiothérapie. «Il y a peu de physiothérapeutes en première ligne dans le réseau public malgré le nombre important de consultations pour des problèmes musculo-squelettiques. Le réseau de santé bénéficierait de nouveaux modèles de soins favorisant une prise en charge précoce pour diminuer la chronicité et les problèmes secondaires des pathologies neuro-musculosquelettiques», peut-on lire dans le document de présentation.

Sylvie Nadeau, professeure à l’École de réadaptation, a résumé l’intention de la Faculté de médecine. «Voilà maintenant plus de 10 ans que la maîtrise est le diplôme d’entrée dans la pratique clinique en physiothérapie. Les diplômés qui veulent poursuivre le développement de leurs compétences ont actuellement peu de possibilités au-delà de la formation continue et du doctorat en recherche. Ces nouveaux programmes combleront cette lacune.»

Les nouveaux programmes d’études aideront les professionnels à assumer leur rôle dans divers contextes comme les soins d’urgence, la médecine familiale, l’orthopédie, la rhumatologie et la physiatrie. Ils favoriseront «la naissance d’une pensée nouvelle orientée vers l’action», poursuit le document officiel.