La recherche en psychologie se révèle cette semaine

  • Forum
  • Le 2 avril 2019

  • Mathieu-Robert Sauvé
La 13e Journée scientifique annuelle du Département de psychologie prévoit un nombre record de présentations. La précédente édition (photo) avait eu beaucoup de succès également.

La 13e Journée scientifique annuelle du Département de psychologie prévoit un nombre record de présentations. La précédente édition (photo) avait eu beaucoup de succès également.

Crédit : Benjamin Seropian

En 5 secondes

Le Département de psychologie tient cette semaine sa 13e journée scientifique annuelle. Plus de 450 participants sont attendus.

Quelque 450 personnes sont attendues le 3 avril à l’Université de Montréal alors qu’étudiants, professeurs et diplômés convergeront vers la 13Journée scientifique annuelle du Département de psychologie. «C’est l’une des activités scientifiques les plus importantes de l’année sur le campus de l’UdeM, lance la directrice par intérim du département, Michelle McKerral. Il y aura des conférences, des présentations par affiches et des concours pour les meilleurs travaux de recherche.»

Un nombre record de 142 communications étudiantes, dont 68 présentations orales et 74 présentations par affiches, sont au programme. C’est la psychologue américaine Margie Morris, rattachée à l’Université de Washington, qui présentera la conférence principale portant sur l’utilisation des technologies pour améliorer le bien-être. Le choix de la conférencière a été proposé par la présidente d’honneur de cette journée scientifique, Marie Achille, qui est à la fois professeure de psychologie et directrice du Service d’appui à la formation interdisciplinaire et à la réussite étudiante de la Faculté des arts et des sciences.

Des professeurs de l’École de psychoéducation (Faculté des arts et des sciences), du Département de psychopédagogie et d’andragogie (Faculté des sciences de l’éducation) et du Département de psychiatrie et d’addictologie (Faculté de médecine) ont été invités afin de faire de cette 13journée scientifique une «rencontre encore plus rassembleuse». Des partenaires comme l’Institut interuniversitaire de gériatrie de Montréal, l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal, la Société canadienne de psychologie et l’Ordre des psychologues du Québec figurent parmi les commanditaires de l'activité.

La recherche, rappelle Mme McKerral, occupe une place centrale dans la formation des psychologues à l’Université de Montréal. Dès le premier cycle, les étudiants sont conviés à participer à un projet de recherche soit par l’intermédiaire du cheminement honor (48 étudiants suivent cette voie chaque année), soit dans le cadre de divers cours de type laboratoire de recherche (près de 250 étudiants annuellement). Aux cycles supérieurs, on compte 425 étudiants-chercheurs, dont 80 % au doctorat.

Dans le programme de la journée accessible en ligne, on peut voir que les études sur l’utilisation du cannabis, le vieillissement et l’autisme ont la cote. Mme McKerral signale de son côté un intérêt croissant pour les travaux sur le bien-être, la place de la technologie dans nos vies et les multiples questions liées à la santé mentale. Il faut noter, de plus, l’engouement pour les neurosciences cognitives, l’imagerie cérébrale et l’apprentissage automatique.

On peut assister gratuitement aux présentations, qui se tiendront dans le Hall d’honneur et dans l’aile Z du pavillon Roger-Gaudry.