Évaluation périodique des programmes: bilan du premier cycle

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

De 2007 à 2018, l’Université de Montréal a procédé à son premier cycle d’évaluation périodique des programmes d’études. Voici le bilan des réalisations et des retombées de cette démarche.

Au total, ce sont 264 programmes d'études, ou options de programme, parmi les quelque 660 programmes offerts à l’Université de Montréal qui ont été évalués depuis 2007. Ce premier cycle a visé essentiellement les programmes de grade (en excluant les programmes soumis à un agrément) et les certificats de la Faculté de l’éducation permanente.

Les étapes de l’évaluation

Quelques constats

Pour préparer le bilan de ce cycle d’évaluation, une revue exhaustive de l’ensemble des dossiers d’évaluation a été effectuée par l’équipe du Bureau de la promotion de la qualité de l'UdeM.

Quels ont été les principaux constats tirés de ce vaste travail d’analyse?

Tout d’abord, parmi les points forts les plus fréquemment répertoriés, on trouve la mission des programmes et les objectifs de formation. «Nous offrons des programmes solides, pertinents et de haut niveau, bien arrimés aux besoins en formation du Québec», souligne Claude Mailhot, vice-rectrice adjointe à la promotion de la qualité. Le grand professionnalisme du personnel enseignant, qui se distingue par son expertise, a aussi été reconnu comme l’une des forces des programmes d’études.

Les points à améliorer qui sont revenus le plus souvent touchent, quant à eux, au contenu et à l’offre de cours, ce qui peut s’expliquer par le fait que les savoirs évoluent et que les formations doivent nécessairement être mises à jour.

Des retombées concrètes

La vice-rectrice adjointe à la promotion de la qualité, Claude Mailhot.

Crédit : Amélie Philibert

Afin de donner suite aux recommandations formulées par le Conseil académique d’évaluation des programmes, les facultés ont mis en œuvre 77 plans d’action relatifs à 204 programmes. Les 43 suivis de l’état d’implantation des plans d’action effectués depuis 2015 révèlent que 87 % des actions planifiées ont été réalisées ou sont en cours de réalisation.

«Les actions réalisées sont très diversifiées et concernent plusieurs dimensions des programmes», indique Claude Mailhot. Elles comprennent la création de cours, la mise en place de mécanismes de suivi des étudiants, l’ajout de nouvelles approches pédagogiques, l’instauration de mesures d’encadrement aux cycles supérieurs et l’amélioration des stratégies de communication auprès des futurs étudiants. Dans plusieurs cas, un exercice de révision majeure du programme a été entrepris et a mené au dépôt d’une proposition de changement à la Commission des études. À ce jour, 47 programmes ont été modifiés.

Pour Claude Mailhot, ce bilan du premier cycle d’évaluation des programmes d’études constitue une occasion de remercier l’ensemble des acteurs ayant participé à la démarche qualité: membres du corps enseignant, responsables de programme, directions départementales et facultaires, étudiants, diplômés, évaluateurs externes et membres du personnel professionnel, tous ont contribué à une analyse rigoureuse et structurée des composantes de l’ensemble des programmes visés par ce cycle d’évaluation et ont collaboré à la réalisation des actions qui en ont découlé.

«Grâce à vous toutes et à vous tous, nos programmes d’études se portent bien, ils sont en constante évolution et le deuxième cycle d’évaluation est déjà bien enclenché! Merci!» a-t-elle dit.

Faits saillants

  • 264 programmes ou options évalués, offerts à plus de 25 000 étudiants
  • 100 comités d’autoévaluation
  • 650 membres de comités
  • 194 évaluateurs externes
  • 8000 participants aux consultations depuis 2011: 5000 étudiants et 3000 diplômés