L’Université Laval et l’Université de Montréal lancent un guide des meilleures pratiques en matière d’activités parascolaires

Ce guide fait le point sur l’ensemble des conditions à mettre en place dans les activités et les établissements scolaires pour favoriser le développement positif et la persévérance des élèves.

Ce guide fait le point sur l’ensemble des conditions à mettre en place dans les activités et les établissements scolaires pour favoriser le développement positif et la persévérance des élèves.

Crédit : Getty

En 5 secondes

Une équipe de recherche de l’Université Laval et de l’Université de Montréal présente un guide en ligne des meilleures pratiques en matière d’activités parascolaires.

À l’heure où le gouvernement prévoit investir dans l’ajout d’une heure d’activités parascolaires par jour dans les écoles secondaires à travers la province, une équipe de recherche de l’Université Laval et de l’Université de Montréal présente un guide en ligne des meilleures pratiques en matière d’activités parascolaires.

Issu d’une collaboration avec des organismes partenaires du secteur parascolaire en musique et en sport – l’École des jeunes de la Faculté de musique de l’Université de Montréal et Pour 3 Points –, ce guide vise à faire le point sur l’ensemble des conditions à mettre en place dans les activités et les établissements scolaires pour favoriser le développement positif et la persévérance des élèves. Il a été conçu pour orienter le personnel scolaire dans la gestion de l’offre, la mise sur pied et l’animation d’activités parascolaires au sein de leur établissement.

«Une activité parascolaire, ce n’est pas magique. Tout dépend de ce que font les animateurs, de ce que les élèves vivent et apprennent. C’est donc important de penser et de planifier attentivement ce type d’activités pour atteindre les résultats souhaités. Pour y arriver, il faut y investir des efforts et des ressources, humaines et matérielles, comme dans La classe enchantée, un volet de l’École des jeunes de la Faculté de musique de l’Université de Montréal, et Pour 3 Points», précise Anne-Sophie Denault, coauteure du guide et professeure titulaire au Département des fondements et pratiques en éducation de l’Université Laval.

Le guide souligne notamment l’importance de soutenir le développement de compétences et de relations positives à l’intérieur de ces activités, ainsi que l’importance d’adopter une approche inclusive dans la gestion de l’offre et la promotion entourant ces activités, comme l’explique Véronique Dupéré, autre coauteure du guide et professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal. «C’est vraiment important que tous les jeunes sentent qu’ils peuvent participer, pas seulement ceux qui lèvent la main en premier. Dans les écoles, ça prend une vision inclusive et des pratiques concrètes pour aller chercher les jeunes.»

Consulter le guide

Relations avec les médias