Une application mobile pour la prise en charge du traumatisme craniocérébral léger

En 5 secondes

La professeure de neuropsychologie Elaine de Guise a créé une application gratuite pour la prise en charge du traumatisme craniocérébral léger pour les intervenants de la première ligne.

Lancée au printemps 2019, l’application gratuite TCCL propose aux intervenants des urgences et de la première ligne un outil de prise en charge basé sur des données probantes et récentes sur le traumatisme craniocérébral léger (TCC léger ou TCCL). Cette application bilingue anglais-français s’adresse aux cliniciens, tels médecins, infirmières et infirmiers et autres  professionnels de la santé qui interviennent auprès d’adultes et d’enfants qui ont subi un TCC léger.

Accessible sans connexion internet, sur tablette ou téléphone intelligent, le clinicien y retrouve une synthèse d’informations pertinentes sur les critères diagnostiques, les symptômes et facteurs de risque de complications médicales (Canadian CT Head Rule et PECARN), les facteurs de risque d’un mauvais pronostic, les recommandations de reprise des activités intellectuelles et sportives clairement présentées, étape par étape, les outils d’évaluation du TCCL pour les intervenants (Rivermead post-concussion symptoms questionnaire, SCAT5 et autres), une liste de milieux de références et une boîte à outils pour les patients.

Cette application offre également la possibilité aux intervenants de faire parvenir aux patients, directement sur leur téléphone ou tablette, les outils de reprise des activités intellectuelles et sportives ainsi que la liste des milieux de références pour un congé en toute sécurité.

Bien que cette application puisse être utilisée pour soutenir la prise de décision sur le diagnostic et le traitement, elle ne peut remplacer le jugement clinique de l’intervenant de première ligne. Cette application peut être utilisée au moment jugé opportun par l’intervenant. De par sa facilité d’accès, cette application peut accompagner l’intervenant à l’urgence.

Dans le contexte d’une augmentation grandissante de TCCL dans la population, une quantité importante d’information sur le sujet est publiée de manière régulière et les guides de pratique sont constamment améliorés. Cette quantité significative d’information peut être un casse-tête ou un obstacle important pour les intervenants de première ligne qui ne peuvent se mettre à jour dans la littérature récente par manque de temps et de ressources ou encore qui ne peuvent sélectionner les outils ou guides de pratique les plus pertinents. Il était donc essentiel de créer un « meilleur » outil de transfert de connaissances, qui synthétise les recommandations et les meilleures pratiques jugées les plus importantes dans notre contexte québécois.  « Des cliniciens qui l’ont utilisé m’ont rapporté qu’ils avaient apprécié sa simplicité, sa facilité d’utilisation et la possibilité de pouvoir  maintenant se référer à une seule application et non jongler entre différentes sources d’information», souligne Elaine de Guise.

 « Des cliniciens qui l’ont utilisé m’ont rapporté qu’ils avaient apprécié sa simplicité, sa facilité d’utilisation et la possibilité de pouvoir  maintenant se référer à une seule application et non jongler entre différentes sources d’information», souligne Elaine de Guise.

L’application TCCL-MTBI est téléchargeable gratuitement pour les systèmes d’exploitation IOS et Android.

Les partenaires du projet

Cette application a été développée dans le cadre d’un projet de recherche financé par le Fonds de la recherche en santé du Québec sous la direction d’Elaine de Guise, professeure agrégée au Département de psychologie de l’Université de Montréal et chercheuse à l’Institut de recherche du CUSM et au Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain (CRIR). Ce projet a été réalisé en étroite collaboration avec des membres d’un comité aviseur composé de médecins, infirmiers-infirmières et chercheurs, tous experts en TCCL ou en soins d’urgence, issus de plusieurs milieux du Québec. Le ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec (MSSS), l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS), le Réseau provincial de Recherche en Adaptation-Réadaptation (REPAR), la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) et l’Ontario Neurotrauma Foundation (ONF) ont également participé comme partenaires au projet.