In memoriam: Anne-Marie Trahan, diplômée en droit

Anne-Marie Trahan, s’est éteinte le 12 juillet dernier des suites d’une maladie.

Anne-Marie Trahan, s’est éteinte le 12 juillet dernier des suites d’une maladie.

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Diplômée en droit de l’Université de Montréal, la juge à la retraite de la Cour supérieure du Québec, Anne-Marie Trahan, s’est éteinte le 12 juillet dernier.

Diplômée en droit de l’Université de Montréal, la juge à la retraite de la Cour supérieure du Québec, Anne-Marie Trahan, s’est éteinte le 12 juillet dernier des suites d’une brève maladie.

Mme Trahan était une amie de longue date de l’Université de Montréal, où elle a obtenu une licence en droit en 1967. À la Faculté de droit, elle a longtemps siégé au conseil de direction du Centre de recherche en droit public, en plus d’avoir présidé le Cercle de droit européen de la Chaire Jean Monnet.

Anne-Marie Trahan était une passionnée d’art lyrique et a soutenu financièrement la Faculté de musique de l’UdeM. En 2015, grâce à son aide, l’Université créait le Fonds de bourses Anne-Marie Trahan en chant lyrique, dont le mandat est de soutenir des étudiants au talent exceptionnel. Mme Trahan a également contribué au Fonds de l’Atelier d’opéra, ainsi qu’à la récente acquisition d’un piano Steinway de Hambourg. Pendant de nombreuses années, elle a été membre du cabinet de campagne de la Faculté.

Anne-Marie Trahan était également proche de la Faculté des sciences infirmières. Donatrice pérenne de la Faculté et ambassadrice en don planifié, elle a été particulièrement impliquée dans la mise sur pied du Fonds de Bourse du Bienheureux frère Gérard, qui permet de financer des stages internationaux en milieu hospitalier de nos étudiants et étudiantes en sciences infirmières.

Tant dans son rôle de juge que dans celui de philanthrope, Anne-Marie Trahan disait tirer une grande satisfaction à se sentir utile. Elle aimait d’ailleurs citer son ami, l’honorable Antonio Lamer: «Rendre justice, c’est une façon d’aimer son prochain».

Née à Montréal en 1946, Anne-Marie Trahan a occupé de nombreuses fonctions dans les milieux juridiques québécois et canadien. Sous-ministre déléguée au ministère de la Justice du Canada de 1986 à 1994, elle a siégé à la Cour supérieure du Québec pendant seize ans, de 1994 à sa retraite en 2010. Au printemps 2019, le Barreau du Québec lui décernait le Mérite Christine-Tourigny en reconnaissance de l’excellence de sa carrière au service de la justice et de l’égalité sociale.