Nouveau système de récupération et de réutilisation de tasses Chez Valère

Dès le 10 septembre, l’emprunt de tasses et de contenants réutilisables au moyen d’une carte à puce sera possible Chez Valère.

Dès le 10 septembre, l’emprunt de tasses et de contenants réutilisables au moyen d’une carte à puce sera possible Chez Valère.

Crédit : Benjamin Seropian

En 5 secondes

Les Services alimentaires de l’UdeM annoncent la mise en place d’un service d’emprunt de tasses et de contenants réutilisables qui sera offert Chez Valère à partir du 10 septembre.

Chez Valère, dès le 10 septembre, toute la communauté universitaire pourra bénéficier de la nouvelle initiative durable mise en place par les Services alimentaires de l’Université de Montréal en partenariat avec l’Unité du développement durable: l’emprunt de tasses et de contenants réutilisables au moyen d’une carte à puce.

Ce service, au coût de 10 $ par an, qui est basé sur une technologie mise au point par Marco Gartenhaus, fondateur de l’entreprise CANOtogo et ancien étudiant de l’UdeM, permet à ses abonnés de se procurer une tasse directement à la caisse de Chez Valère. Il suffit de passer le porte-clés fourni par CANOtogo sur le lecteur près de la caisse lors de l’abonnement, puis de déposer la tasse elle-même sur le lecteur.

Une fois utilisées, les tasses peuvent être déposées dans des bacs de récupération placés aux entrées des bâtiments du campus et dans les cafés étudiants. Les puces électroniques présentes dans les tasses permettent de savoir si elles ont bien été rapportées et, si ce n’est pas le cas, le système empêche l’abonné d’en emprunter d’autres. Ce système se veut aussi simple d’utilisation que les tasses jetables habituelles.

Comme pour d’autres initiatives de développement durable déjà lancées par Local local, le but de ce projet est de réduire les déchets au maximum et de diminuer l’empreinte environnementale des Services alimentaires. «Pour que les coûts soient amortis, les contenants devront être réutilisés au moins une centaine de fois, mais puisque le nombre d’emprunts est illimité nous prévoyons y parvenir facilement», dit Pascal Prouteau, directeur de la division Résidences, hôtellerie et restauration de l’UdeM. L’aspect économique est également important: le coût de l’abonnement sera vite rentabilisé, car il inclura deux cafés gratuits et une réduction pour chaque café acheté.

Pascal Prouteau précise que, si cet essai pilote est concluant, il pourra être offert aux autres comptoirs alimentaires du campus de la montagne (pavillons Jean-Coutu, Marie-Victorin et Roger-Gaudry).