Campus MIL: que fait-on au Complexe des sciences?

Le Complexe des sciences est constitué de deux pôles.

Le Complexe des sciences est constitué de deux pôles.

Crédit : Stéphane Groleau

En 5 secondes

À partir d’aujourd’hui, plusieurs centaines d’étudiants et de professeurs fréquentent le Complexe des sciences, premier pavillon du campus MIL de l’UdeM. Voici ce qu’on y enseigne.

Le Complexe des sciences, c’est la réunion des quatre départements de sciences naturelles de l’UdeM, soit chimie, physique, sciences biologiques et géographie.

«Auparavant, ces départements étaient cloisonnés, alors on ne se rencontrait pas, dit Andreea-Ruxandra Schmitzer, professeure au Département de chimie. L’espace favorise maintenant l’enseignement au-delà des disciplines, que ce soit sur le plan des cours ou sur celui des conférences offertes. Ça nous fera du bien à tous et c’est aussi dans cette direction que s’en va la science.»

Deux pôles

Le Complexe des sciences est constitué de deux pôles. Celui situé à l’ouest est consacré à l’enseignement. Il comprend les amphithéâtres et les salles de cours avec du mobilier dont les éléments peuvent facilement s’agencer pour permettre le travail en petits groupes.

«Presque toutes les salles de classe sont équipées pour la vidéoconférence, ce qui permettra de présenter des cours en ligne ou en direct, explique Mme Schmitzer. Cela répond à un besoin alors que de plus en plus d’étudiants travaillent, ont des familles et ne peuvent pas toujours se présenter en classe.»

À l’est, le pôle des sciences loge les bureaux des membres du corps enseignant et des étudiantes et étudiants diplômés ainsi que les laboratoires de recherche et d’enseignement qui accueillent aussi des cours de premier cycle.

«Chaque laboratoire avait des besoins particuliers qui représentaient un défi de conception, mentionne la professeure de chimie. Il y a beaucoup d’heures de cours pratiques dans nos programmes et elles sont importantes parce que c’est en manipulant qu’on apprend.»

Les laboratoires, où les étudiants travaillent souvent dos au professeur, sont dotés d’écrans de projection pour que tous puissent voir les consignes sans avoir à se retourner.

Une bibliothèque ultramoderne

Les bibliothèques des quatre départements réunis sont situées dans une zone qui liera les deux pôles.

«La bibliothèque d’aujourd’hui n’est pas la même qu’il y a 25 ans: il y a eu toute une évolution avec les documents accessibles en ligne et c’est ce qu’on voit dans la Bibliothèque des sciences», indique Andreea-Ruxandra Schmitzer.

Différents équipements complètent les lieux pour répondre aux besoins des étudiantes et étudiants. Comme un studio pour leur permettre de se filmer lorsqu’ils préparent une présentation.

«Ce sera particulièrement utile pour les étudiants des cycles supérieurs invités à des conférences internationales, affirme Mme Schmitzer. On est généralement très intimidé les premières fois qu’on parle devant plusieurs grands noms de son domaine. C’est bénéfique de pouvoir s’enregistrer si l’on veut s’améliorer.»

Pas moins de 2000 étudiants et 200 professeures et professeurs en sciences naturelles, ainsi que l’ensemble de la communauté de l’UdeM, profitent dorévavant de ces nouvelles installations.