Alexis Vallée-Bélisle est lauréat du prix Solution e-santé 2019

Les lauréats Alexis Vallée-Bélisle et Nancy Schoenbrunner, et Gaël Ségal (présentateur), de la Régie de l’assurance maladie du Québec

Les lauréats Alexis Vallée-Bélisle et Nancy Schoenbrunner, et Gaël Ségal (présentateur), de la Régie de l’assurance maladie du Québec

En 5 secondes

Alexis Vallée-Bélisle a reçu, avec la compagnie Nanogenecs Diagnostics, le prix Solution e-santé recherche clinique 2019 pour l’invention d’un procédé d’analyse sanguine à domicile.

Le 7 novembre a eu lieu le 1er Gala des Prix TI en santé et services sociaux. Au cours de cette soirée, des prix de reconnaissance ont été remis aux initiateurs de projets technologiques novateurs qui se sont démarqués en améliorant l’efficacité du système de santé québécois.

Alexis Vallée-Bélisle, professeur au Département de chimie de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en bio-ingénierie et bionanotechnologies, a reçu le prix Solution e-santé recherche clinique 2019 pour la solution d’analyse sanguine à domicile qu’il a élaborée en partenariat avec la compagnie montréalaise Nanogenecs Diagnostics.

Ce projet, réalisé en collaboration avec le Dr Vincent De Guire, de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et Biron, permettra d’assurer un meilleur suivi des maladies chroniques.

Le projet d’Alexis Vallée-Bélisle avait déjà reçu une subvention INNOV de 700 000 $ du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada ainsi qu’une autre de 240 000 $ du ministère de l'Économie et de l'Innovation du Québec. La commercialisation est visée d’ici 2022.

Le prix Solution e-santé recherche clinique «récompense un professionnel de la santé, ainsi que son équipe, une entreprise en santé numérique ou un fournisseur de dispositifs médicaux qualifiés ayant développé la solution technologique en santé la plus innovante en matière de résolution de problèmes liés au matériel informatique, au réseau, aux appareils mobiles, à l’infonuagique, aux données volumineuses ou aux logiciels destinés aux organismes publics du réseau de la santé».