Chirurgie de pointe sur un jeune amputé

Le Dr Panagiotis Glavas

Le Dr Panagiotis Glavas

Crédit : CHU Sainte Justine

En 5 secondes

Une série d’interventions chirurgicales orthopédiques complexes devraient permettre à un adolescent de marcher.

Le Dr Panagiotis Glavas, professeur au Département de chirurgie de l’Université de Montréal et chirurgien orthopédique pédiatrique au CHU Sainte-Justine, et son équipe ont pu donner à Charlie, un adolescent gravement handicapé, l’espoir de recouvrer ses pleines capacités ambulatoires.

Grâce à une série d’interventions complexes probablement inédites au Québec en chirurgie orthopédique pédiatrique, et en collaboration avec une entreprise spécialisée en solutions orthopédiques de pointe, le Dr Glavas a conçu et réalisé un guide de coupe pouvant contourner un grave problème de déviation des tibias empêchant l’appareillage de Charlie au moyen d’une prothèse bien adaptée.

Une histoire dramatique

En janvier 2005, Charlie, âgé de 18 mois, attrape la bactérie mangeuse de chair et il doit être amputé des deux jambes au milieu du tibia. Grâce à cette opération, la vie de l’enfant est sauvée. Mais la bactérie a eu le temps d’infecter les cellules responsables de la croissance de certains os. Les os des jambes de Charlie grandissent ainsi de travers, avec un angle anormal qui rend la fixation de prothèse difficile et très douloureuse.

Au fil des années, le garçon subira de multiples interventions chirurgicales pour tenter de corriger la déviation de ses tibias. Cependant, avec la croissance, cette déformation est devenue telle que ses deux tibias présentaient un angle interdisant toute perspective d’installation d’une prothèse efficace. La souffrance associée au port de prothèses mal adaptées à sa condition si particulière était devenue telle que Charlie s’était replié sur son fauteuil roulant.

Lorsque la croissance des tibias de Charlie s’est achevée, le Dr Glavas, en collaboration avec la compagnie de Québec Bodycad, a redressé le tibia gauche de Charlie pour l’appareiller avec une prothèse adaptée. Le défi majeur était de trouver la manière exacte de redresser l’os sans le fragiliser par de multiples coups de scie, ce qui a pris environ 200 heures de travail. En mai 2019, le chirurgien s’aide alors d’un guide de coupe en trois dimensions fixé sur le tibia pour diriger son trait de scie de façon extrêmement précise. Et afin de fixer le tibia après l’intervention, une plaque sur mesure est fabriquée pour épouser l’anatomie particulière du tibia.

Le premier test pour évaluer la qualité de la marche de Charlie s’est révélé si encourageant qu’en janvier l’équipe a proposé au jeune homme une intervention à son autre tibia.

Cette réalisation fait l’objet d’un reportage qui a été diffusé le 19 janvier à l’émission Découverte à ICI Radio-Canada Télé.