Quatre expositions à visiter de chez vous

John Gould, «Thaumalea Picta».

John Gould, «Thaumalea Picta».

Crédit : Bibliothèque des livres rares et des collections spéciales

En 5 secondes

Les bibliothèques de l’Université de Montréal présentent quatre expositions virtuelles sur l’art animalier, les livres d’heures, les écrits des Canadiens des 18e et 19e siècles et les livres savants.

Vous pouvez visiter en tout temps, de chez vous, ces quatre expositions virtuelles présentées par les bibliothèques de l’Université de Montréal et la Division de la gestion de documents et des archives de l'UdeM.

Une célébration de l'art animalier (collection David M.-Lank)

JERRARD, Paul, BAYLEY, Frederic William Naylor , “Humming Bird Keepsake,”

Paul Jerrard et Frederic William Naylor Bayley, «Humming Bird Keepsake».

Crédit : Direction des bibliothèques

L’exposition Une célébration de l'art animalier permet de découvrir l’extraordinaire variété des documents qui composent la collection offerte par David M. Lank à l’Université. Cette exposition virtuelle a été réalisée par Tiphaine Foucher à l’occasion de son stage de fin d’études à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l'UdeM à partir d’une exposition physique conçue avec le concours de deux stagiaires de l’École du Louvre, Diane Westphal et Juliane Oliveira.

«Je suis depuis longtemps convaincu que l’art animalier ‒ de même que les animaux dans l’art ‒ ouvre une fenêtre des plus fascinantes sur les fondements philosophiques d’une société, voire d’une civilisation. Comment l’humanité concevait-elle sa relation avec la nature? Les animaux devaient-ils être utilisés, tolérés, exploités ou aimés? On peut trouver des réponses à ces questions en observant la façon dont les animaux ont été représentés dans l’art», a dit M. Lank.

Livres d'heures de la collection Marcel-Lajeunesse

Psautier de Saint-Louis, folio 9v.

Psautier de saint Louis, folio 9v.

Crédit : Bibliothèque des livres rares et des collections spéciales

Pendant 30 ans, à côté de son enseignement en histoire du livre à l'École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, Marcel Lajeunesse a constitué une collection de plus de 200 facsimilés de livres d'heures, de livres enluminés et d'études sur le sujet. À l'automne 2005, le bibliophile a donné sa collection à la Bibliothèque des livres rares et collections spéciales de l'Université de Montréal.

L’exposition virtuelle Livres d'heures de la Collection Marcel-Lajeunesse, réalisée sous la direction de Sarah de Bogui, permet d’examiner 20 titres de cette superbe collection.

Les Canadas vus par les Canadiens, 1750-1860: pièces choisies de la collection Baby

Le port de Montréal en 1830. À partir d’un dessin de Robert A. Sproule.

Le port de Montréal en 1830. À partir d’un dessin de Robert A. Sproule.

Crédit : Division des archives de l'Université de Montréal.

À son décès en 1906, le juge Louis-François-Georges Baby a légué à l’Université de Montréal une collection de documents d’archives, de livres rares, d’estampes et de gravures qui demeure à ce jour l’une des plus prestigieuses collections privées données à l’Université et l’une des plus riches par sa profondeur et sa diversité. En 2006, pour commémorer le centenaire de ce don prodigieux, la Division de la gestion de documents et des archives de l’Université de Montréal et le projet Modéliser le changement: les voies du français ont conçu une exposition virtuelle qui met en valeur la collection Louis-François-Georges Baby.

L’exposition Les Canadas vus par les Canadiens, 1750-1860: pièces choisies de la Collection Baby vous donne accès à près de 200 documents textuels et à une centaine de documents iconographiques témoignant de l’évolution de l’histoire du Canada. 

Le printemps du livre savant

Le livre de Kells : reproduction du manuscrit de Trinity College à Dublin

Le livre de Kells: reproduction du manuscrit du Trinity College à Dublin

Crédit : Françoise Henry

L’exposition Le printemps du livre savant propose de réfléchir à la publication scientifique, à son passé, à son présent et à son avenir. Dans une première partie, «Avatars et renaissances du livre savant», Christian Vandendorpe, de l’Université d’Ottawa, présente un parcours qui va de Sumer à demain, en insistant sur les rapports de l’image et du texte. Puis, dans une seconde partie, «Revues savantes: quel avenir?», Michel Pierssens, professeur émérite du Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal, s’interroge sur l’avenir de la revue savante. Dans une troisième partie, «Trames et caractères de la culture de l’imprimé au Québec et au Canada aux XVIIIe et XIXe siècles», Yvan Lamonde, de l’Université McGill, se concentre sur un espace particulier, le Canada, et sur une période précise, le 18e et le 19e siècle. Pour finir, Benoît Melançon, professeur au Département des littératures de langue française de l’UdeM, propose une série de définitions, du 17e siècle à aujourd’hui, pour essayer de répondre à la question «Qu’est-ce qu’un livre savant?»