Mieux évaluer les compétences en français des immigrants

Les travaux réalisés dans le contexte de cette entente contribueront à mieux intégrer socialement et professionnellement les immigrants qui viendront, dans les prochaines années, enrichir la société québécoise.

Les travaux réalisés dans le contexte de cette entente contribueront à mieux intégrer socialement et professionnellement les immigrants qui viendront, dans les prochaines années, enrichir la société québécoise.

Crédit : Getty

En 5 secondes

L’UdeM obtient un soutien de 5,6 M$ du gouvernement du Québec pour concevoir des outils visant à évaluer les compétences en français des immigrants.

L’Université de Montréal vient de conclure une importante entente de service avec le ministère québécois de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) pour concevoir des référentiels et des outils d’évaluation des compétences en français des immigrants adultes.

Fruit d’une collaboration soutenue entre le Vice-rectorat aux affaires internationales et à la Francophonie, le Bureau de valorisation de la langue française et de la Francophonie et le MIFI, cette entente permettra à des chercheurs et chercheuses de la Faculté des sciences de l’éducation de mettre en valeur leur expertise unique en matière d’évaluation des compétences, de conception de tests et de didactique des langues secondes auprès d’adultes.

«La réalisation de ces projets d’envergure et leur mise en œuvre par le gouvernement du Québec font de l’Université de Montréal la référence universitaire dans l’élaboration du programme-cadre gouvernemental pour la francisation des personnes ayant des compétences peu développées en littératie et en numératie, a expliqué Guy Lefebvre, vice-recteur aux affaires internationales et à la Francophonie. Elles vont également accroître la notoriété de notre établissement aux échelles locale et internationale.»

Mieux intégrer les immigrants sur les plans social et professionnel

Les travaux réalisés dans le contexte de cette entente contribueront à mieux intégrer socialement et professionnellement les immigrants qui viendront, dans les prochaines années, enrichir la société québécoise.

Plus précisément, l’équipe de chercheurs et chercheuses menée par Christophe Chénier et Nathalie Loye bonifiera une échelle décrivant les niveaux de compétence en français oral et en français écrit de populations adultes plus ou moins scolarisées et élaborera un test de classement des candidats.

L’équipe dirigée par Dominic Anctil et Daniel Daigle produira un profil des compétences linguistiques attendues dans différents métiers et professions.

Enfin, Gabriel Michaud et son équipe veilleront à la mise à jour et à la conception d’outils d’évaluation des compétences linguistiques pour les enseignants et enseignantes de français langue seconde aux immigrants.