Concours «La preuve par l’image»: votez pour votre image favorite!

Les six images finalistes des chercheurs et chercheuses de l'Université de Montréal

Les six images finalistes des chercheurs et chercheuses de l'Université de Montréal

En 5 secondes

Six images obtenues par des chercheurs de l’Université de Montréal dans le cadre de leurs travaux figurent parmi les photos finalistes du concours «La preuve par l’image», de l’Acfas.

Des images originales obtenues par des chercheurs et chercheuses de toutes disciplines de l’Université de Montréal dans le cadre de leurs travaux font partie des 20 photos sélectionnées au 12concours La preuve par l'image, de l'Acfas.

Vous pouvez contribuer à la sélection du Prix du public Découverte en votant pour votre image coup de cœur sur le site de Radio-Canada avant le 13 septembre et encourager les chercheurs et chercheuses de l’UdeM!

Les noms des personnes lauréates seront dévoilés à l’automne, à une date à déterminer.

Code-barres extraterrestre

Étienne Artigau (physique)

Il y a plus de 25 ans, les astronomes découvraient la première planète tournant autour d’une étoile autre que le Soleil. Aujourd’hui, plus de 4000 exoplanètes ont été répertoriées, dont plusieurs pourraient être «habitables». Une manière de les détecter consiste à mesurer leur minuscule effet sur le spectre lumineux de leur étoile. Cet effet est causé par la gravité de l'exoplanète, qui imprime un léger mouvement de va-et-vient à son étoile. Sur ce code-barres, l’empreinte n’est que d’un millième de pixel! Une image comme celle-ci est le point de départ d'un long processus visant à déceler et à caractériser une exoplanète.

Voter pour cette image

  • Crédit : Étienne Artigau

Organes en bouton

Constance Le Gloanec (sciences biologiques)

Cet amas de cellules végétales est celui d’une fleur d’arabette des dames (Arabidopsis thaliana) en développement. Les fleurs, comme les feuilles, sont des organes dont l’anatomie est déterminée dès leur formation. Ce phénomène encore mystérieux, nommé organogénèse, est notamment observable lors de mutations végétales. Cette photographie montre les cellules trapues d’un mutant botero d’Arabidopsis thaliana, appelé ainsi en référence aux rondeurs dans les œuvres de l’artiste colombien Fernando Botero. À l’imagerie au microscope, il est possible de distinguer les contours cellulaires grâce à l’utilisation d’un marqueur fluorescent.

Voter pour cette image

  • Crédit : Constance Le Gloanec

Désertification au Yukon

James King et Marie-Pierre Bastien-Thibault (géographie)

La fonte des glaciers causée par les changements climatiques soulève une multitude d’enjeux environnementaux et sociaux. Ces enjeux sont d’autant plus importants qu’il arrive que le glacier alimente le principal affluent d’une rivière. C’est le cas de l’Ä’ą̈y Chù, ou Slim’s River, située au Yukon. Ce cours d’eau vital pour les communautés autochtones voit peu à peu son lit s’assécher. Des dunes s’y créent en raison des tempêtes de poussière de plus en plus fréquentes. Cette photographie, prise lors de l’une de ces tempêtes, montre un membre de l’équipe de recherche qui revient après l’installation d’une station météorologique.

Voter pour cette image

  • Crédit : James King et Marie-Pierre Bastien-Thibault

CO2 mon amour

Nia Perron (géographie) et Pénélope Germain Chartrand (Université du Québec à Montréal)

Quelque part dans une tourbière des Territoires du Nord-Ouest, près du 62e parallèle, une fourmi mène un combat périlleux contre une plante insectivore. Le saviez-vous? Les tourbières séquestrent énormément de carbone atmosphérique. Le réchauffement climatique a deux effets sur ce milieu. D'une part, il y a fonte de pergélisol et libération de méthane. D'autre part, les tourbières nordiques, ainsi réchauffées, se développent. Elles pourraient ainsi contribuer à l’absorption des surplus de carbone causant l’effet de serre. L’étude de ce phénomène est une première étape dans la compréhension de la réponse de nos écosystèmes à ces changements.

Voter pour cette image

  • Crédit : Nia Perron, avec la collaboration de Pénélope Germain Chartrand, Université du Québec à Montréal

Lumière sur les feux

Maude Perrault-Hébert (géographie)

Après un incendie, une couche de matière organique calcinée recouvre le parterre forestier. Dans les mois qui suivent, les cendres lessivées par les pluies successives fertilisent le sol. Rapidement, les espèces dont la stratégie de reproduction est adaptée au feu recolonisent le peuplement forestier. Cette photographie, prise lors d’un brûlage dirigé dans le parc national de la Mauricie, a permis de documenter les répercussions immédiates du feu sur les sols forestiers. Ces observations contribuent à caractériser les lieux favorables à l’établissement de semis de conifères en vue d’un reboisement.

Voter pour cette image

  • Crédit : Maude Perrault-Hébert

Quelle «elegans»!

Jack Bauer (médecine)

Voici trois vers Caenorhabditis elegans. Deux d’entre eux, au pharynx marqué en vert, sont porteurs d’une mutation qui n’influe pas sur leurs fonctions reproductrices. Le troisième ver en est affecté et il ne pourra pas se reproduire. L’objectif de cette expérience est l’observation de la division des cellules précurseures de spermatozoïdes ou d’ovules dans un être vivant, normal ou mutant. Pour cette étude, C. elegans est l’animal de laboratoire idéal: transparent, il est si petit qu’il s’immobilise aisément sous un microscope. En zoomant, on peut filmer en direct la division cellulaire recherchée!

Voter pour cette image

  • Crédit : Jack Bauer