Un nouveau traitement révolutionnaire pour remplacer la transplantation cornéenne

Crédit : Getty

En 5 secondes

Une approche en ophtalmologie offrant une solution de rechange à la transplantation cornéenne vient d’être découverte par un consortium de chercheurs et cliniciens d’Europe, d’Océanie et d'Amérique.

Sous la direction de May Griffith, chercheuse au Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, établissement affilié à l’Université de Montréal et faisant partie du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, les résultats de ce projet multinational viennent d’être publiés dans la revue Science Advances.

«Nos travaux ont permis de trouver une solution efficace et accessible, la LiQD Cornea, pour traiter les perforations cornéennes sans avoir recours à la transplantation. C’est une bonne nouvelle pour les nombreux patients qui ne peuvent subir cette opération en raison d’une grave pénurie mondiale de cornées de donneurs, explique May Griffith, qui est également professeure titulaire au Département d'ophtalmologie de l'Université de Montréal. Jusqu’à maintenant, les cornées perforées des patients en attente d’un traitement étaient scellées avec une colle de qualité médicale, mais cela ne constitue qu’une solution à court terme, car la colle est mal tolérée par l’œil, rendant ainsi la transplantation nécessaire.»

Le nouvel hydrogel liquide synthétique, biocompatible et adhésif, la LiQD Cornea, se gélifie dans les tissus cornéens, favorise la régénération tissulaire et traite ainsi les perforations cornéennes, sans besoin de transplantation. May Griffith se dit très heureuse du travail de ses stagiaires, Christopher McTiernan et Fiona Simpson, et de la collaboration des chercheurs et des cliniciens de toutes provenances qui ont uni leurs efforts pour créer un traitement révolutionnaire qui permettra aux personnes atteintes de ne pas perdre la vue. «La vision est le sens qui nous permet d'apprécier l'apparence du monde qui nous entoure. Permettre aux patients de conserver ce bien précieux, c’est ce qui motive nos actions au quotidien», souligne-t-elle avec fierté.

Pour Sylvain Lemieux, président-directeur général du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal, «ce traitement novateur en ophtalmologie confirme le niveau d’expertise du Centre universitaire d’ophtalmologie de l’Université de Montréal à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, qui regroupe l’une des plus importantes équipes d’ophtalmologistes du Québec et qui dispose des laboratoires de recherche en ophtalmologie parmi les mieux équipés en Amérique du Nord. Grâce au travail acharné de nos scientifiques et de nos équipes cliniques, nous contribuons quotidiennement aux meilleures pratiques et à l’accroissement des connaissances. Les multiples possibilités thérapeutiques issues de la recherche fondamentale, notamment en médecine régénératrice, donnent espoir aux gens qui souffrent de maladies ophtalmologiques au Québec, mais également ailleurs dans le monde».

Il faut souligner dans la réalisation de ces travaux les subventions de recherche d'Euronanomedicine II – Conseil suédois de la recherche, d'Euronanomed III – Fonds de recherche du Québec-Santé et du Réseau de recherche en santé de la vision du Québec.

À propos de May Griffith

May Griffith, docteure en biologie cellulaire, est directrice de l'unité Régénération de la cornée par les biomatériaux du Centre de recherche de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont. Professeure titulaire au Département d'ophtalmologie de l'Université de Montréal, affiliée à l'Institut de génie biomédical de l'UdeM et également au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, elle est titulaire de la Chaire Fondation Caroline Durand en thérapie cellulaire des maladies de l’œil de l’UdeM à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont ainsi que de la Chaire de recherche du Canada sur les biomatériaux et les cellules souches en ophtalmologie (niveau 1).

À propos du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Est-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-EMTL) regroupe 26 installations et dessert une population de plus de 500 000 Montréalais. Affilié à l’Université de Montréal, il offre une gamme complète de soins de santé et de services sociaux de première ligne, de services d’hébergement, de soins hospitaliers généraux, spécialisés, surspécialisés et de soins en santé mentale. Grâce à ses deux centres de recherche et ses quatre axes d’excellence en santé mentale, immunohématologie, santé de la vision et néphrologie, le CIUSSS-EMTL est un pôle d’innovation en santé au Canada. Ses équipes aux idées novatrices contribuent à son rayonnement autant sur le plan national que sur le plan international.

Relations avec les médias