Deux boursiers Loran sont prêts à laisser leur marque à l’Université de Montréal

Amar Farkouh et Camille Maltais vont entreprendre tous deux leurs études à l’Université de Montréal grâce à la bourse Loran.

Amar Farkouh et Camille Maltais vont entreprendre tous deux leurs études à l’Université de Montréal grâce à la bourse Loran.

Crédit : Eric Choi - Edge Imaging

En 5 secondes

La Fondation Boursiers Loran remet deux bourses à Amar Farkouh et Camille Maltais pour leur engagement social exceptionnel et leur détermination à œuvrer pour l’amélioration de leur communauté.

Plus de 5100 personnes au Canada ont déposé leur dossier de candidature cette année pour la prestigieuse bourse Loran. Amar Farkouh et Camille Maltais figurent parmi les 36 lauréats et lauréates. Grâce à cette bourse, ils vont entreprendre tous deux leurs études à l’Université de Montréal cet automne.

Leur candidature a été sélectionnée par la Fondation Boursiers Loran, qui a relevé leur sens aigu de la communauté, leur force de caractère et leur leadership. Ils remportent une bourse renouvelable sur quatre ans d’une valeur allant jusqu’à 100 000 $, comprenant une allocation annuelle de 10 000 $ et une dispense des droits de scolarité. 

«Être boursier Loran signifie, pour moi, appartenir à une grande famille de personnes motivées qui cherchent à pousser plus loin leur limite et à sortir de leur zone de confort pour servir leur collectivité et participer à la création du Canada de demain. Le mot famille résume bien mon sentiment envers la communauté Loran», affirme Amar Farkouh.

Pour Camille Maltais, être boursière Loran veut dire «se joindre à une communauté de jeunes Canadiens ayant beaucoup de leadership, ce qui est très inspirant et nous offre de belles occasions de collaborer».

Amar Farkouh a quitté la Syrie pour le Québec en 2016. Depuis son arrivée, il a appris le français et multiplié les actions bénévoles: il a coordonné des activités pour enfants à l’église Saint-Éphrem, a été membre du conseil municipal jeunesse de Sherbrooke et a fréquenté le Bishop’s Forum, un institut sensibilisant les jeunes Québécois anglophones à l'engagement civique, et a été actif à l’organisme SAFRIE (Soutien aux familles réfugiées et immigrantes de l’Estrie). L’étudiant en sciences de la nature au cégep de Sherbrooke a également fait des recherches pour réduire la pollution lumineuse.

Avec la bourse Loran, Amar Farkouh va étudier en médecine à l’Université de Montréal. «Je suis vraiment enthousiaste de venir à l’UdeM, qui a un caractère multiculturel et où j'aurai la possibilité de rencontrer des personnes de toutes origines tout en vivant dans une ville extraordinaire comme Montréal.»

Camille Maltais pour sa part a multiplié les heures de bénévolat au sein de l’Association étudiante du cégep de Granby. Elle a fait partie de plusieurs comités étudiants et a participé à l’organisation de diverses activités de sensibilisation. Depuis qu’elle a 15 ans, elle fait du bénévolat dans l’Association Granby pour la déficience intellectuelle et l’autisme.

La jeune femme est impatiente de poursuivre des études en sociologie à l’Université de Montréal, car elle «trouve que le programme de baccalauréat en sociologie se démarque de ceux proposés par les autres universités et il est modulable selon les champs d’intérêt des étudiants».

À propos de la Fondation Boursiers Loran

La Fondation Boursiers Loran offre des bourses à des candidats et candidates démontrant des qualités qui vont au-delà d’un relevé de notes, notamment l’intégrité, le courage, la compassion, la détermination, l’esprit d’entrepreneuriat et une grande autonomie personnelle, pour ensuite investir dans ces étudiants et leur permettre d’atteindre leur plein potentiel dans les universités canadiennes. 

Pour plus d’information: https://www.boursierloran.ca.