Tony Leroux devient vice-recteur adjoint à la promotion de la qualité

Tony Leroux

Tony Leroux

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Tony Leroux, vice-doyen aux sciences de la santé à la Faculté de médecine, deviendra vice-recteur adjoint à la promotion de la qualité le 1er janvier 2021.

Le Conseil de l’Université a nommé Tony Leroux au poste de vice-recteur adjoint à la promotion de la qualité pour un mandat de cinq ans débutant le 1er janvier 2021. Il prendra la suite de Claude Mailhot, dont le mandat venait à échéance.

Pour Louise Béliveau, vice-rectrice aux affaires étudiantes et aux études, M. Leroux était la personne toute désignée afin de poursuivre le mandat de la promotion de la qualité: «Tony Leroux est un véritable passionné de pédagogie. Il connaît parfaitement les rouages de l’Université et sait rallier tous les acteurs autour de la cause commune d’un enseignement de grande qualité pour nos étudiants et étudiantes. Son enthousiasme, son écoute et sa rigueur permettront de mener à bien nos grands projets, notamment celui de l’engagement pédagogique.»

«Je profite de l’occasion pour remercier chaleureusement Claude Mailhot pour son inlassable travail de promotion de la qualité. Elle a su notamment jeter les bases de processus rigoureux et novateurs en matière d’évaluation des programmes qui contribuent à la réputation d’excellence de l’UdeM», a continué Mme Béliveau.

Tony Leroux était jusqu’à tout récemment vice-doyen aux sciences de la santé à la Faculté de médecine, où il a piloté avec succès l’intégration de l’École de kinésiologie et des sciences de l’activité physique à la faculté. Diplômé en psychologie (Université Carleton) et en sciences biomédicales (Université de Montréal), Tony Leroux est professeur titulaire à l’École d’orthophonie et d’audiologie et chercheur au Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain.

Professeur et chercheur engagé, M. Leroux a obtenu de nombreux prix, dont un prix d’excellence en enseignement de l’UdeM en 2006. Ses travaux de recherche ont contribué à mieux faire connaître les répercussions du bruit sur la santé humaine et à faire avancer de nombreuses causes, dont la reconnaissance juridique de la surdité professionnelle. Il a également travaillé à divers projets d’envergure, dont la mise en place, par le ministère de la Santé et des Services sociaux, du Programme québécois de dépistage de la surdité chez les nouveau-nés.