«In memoriam»: Réjean Poirier

Réjean Poirier

Réjean Poirier

En 5 secondes

Réjean Poirier, professeur émérite et doyen de la Faculté de musique de 1998 à 2006, est décédé le 23 décembre 2020.

C’est avec une grande tristesse que la Faculté de musique de l’Université de Montréal a appris le décès de Réjean Poirier, survenu le 23 décembre dernier.

Formé aux conservatoires de musique de Montréal et de Toulouse auprès de maîtres tels Bernard Lagacé, Kenneth Gilbert et Xavier Darasse, il en ressort avec plusieurs premiers prix d'orgue et de musique de chambre ainsi que celui du Concours international Bach de Bruges.

En 1974, il fonde avec Christopher Jackson et Hélène Dugal le Studio de musique ancienne de Montréal, dont il a assuré la codirection durant près de 15 années.

Son travail de pionnier sera rapidement reconnu, comme en témoigne son engagement à titre de professeur de clavecin au cégep de Saint-Laurent, puis à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, où il obtient un poste permanent en 1979. Ses enseignements ont porté sur l'orgue, le clavecin, la musique d'ensemble baroque, le continuo, la facture de clavecin, la littérature de l'orgue et la performance practice.

À la Faculté de musique, Réjean Poirier a également occupé les fonctions de vice-doyen aux études supérieures et à la recherche de 1986 à 1992, puis de doyen de 1998 à 2006.

Son répertoire de musicien était très éclectique: il abordait avec la même aisance les musiques anciennes (il a effectué le premier enregistrement mondial du Livre d'orgue de Montréal), le répertoire symphonique et la musique actuelle. Son expertise comme continuiste en faisait un musicien recherché de plusieurs ensembles. Il a participé à une vingtaine d'enregistrements discographiques et en a réalisé une trentaine. Il a également lancé l'étiquette de disques UMMUS, dont il a été directeur artistique et directeur de production pendant 10 ans.

«Réjean Poirier était un visionnaire qui a grandement contribué au développement de la Faculté de musique, à l’essor et à la reconnaissance de notre art dans sa grande diversité. Discret, sensible, il a soutenu la communauté facultaire avec générosité et conviction durant tous ses mandats. Homme de peu de mots, il réservait son énergie à l’action. Sa carrière à la faculté marque la mémoire de notre établissement», a déclaré Nathalie Fernando, doyenne de la Faculté de musique.

Les drapeaux du pavillon Roger-Gaudry seront mis en berne le 12 janvier afin de lui rendre hommage.