Le sentiment antireligieux, et non le racisme, explique la résistance aux accommodements religieux au Québec

  • Forum
  • Le 26 février 2019

  • Martin LaSalle
Le Québec est la province où la population est la plus réfractaire aux accommodements religieux, comparativement au reste du Canada.

Le Québec est la province où la population est la plus réfractaire aux accommodements religieux, comparativement au reste du Canada.

Crédit : Getty

En 5 secondes

Le sentiment antireligieux des Québécois, et non le racisme, expliquerait leur opposition aux accommodements religieux, selon une étude à laquelle a participé le politologue André Blais, de l’UdeM.

Le Québec est la province où la population est la plus réfractaire aux accommodements religieux, comparativement au reste du Canada. Et c’est particulièrement vrai parmi les francophones. Or, cette opposition découle essentiellement d’un sentiment antireligieux issu de la laïcisation du Québec, amorcée dans les années 60, et non du racisme.

C’est ce que met en lumière une étude à laquelle a pris part le professeur André Blais, du Département de science politique de l’Université de Montréal, et deux diplômés de la maîtrise aujourd’hui rattachés à d’autres universités: Yannick Dufresne, auteur principal de l’étude et professeur à l’Université Laval, et Anja Kilibarda, doctorante à l’Université Columbia, à New York.

Plus de débats au Québec

André Blais

Crédit : Amélie Philibert

Les chercheurs ont analysé les questions et réponses se rapportant aux accommodements raisonnables pendant l’élection fédérale de 2015 à partir du Vox Pop Labs (Boussole électorale de Radio-Canada‒CBC) du projet Making Electoral Democracy Work (MEDW) et de l’Étude électorale canadienne.

Premier constat: l’opposition aux accommodements est majoritaire au Canada, mais elle est plus forte au Québec, et les débats qui en découlent sont disproportionnellement concentrés au Québec.

«Par exemple, le MEDW a demandé aux participants de répondre à la question “Jusqu’où devrait-on aller en matière d’accommodements religieux?” illustre André Blais. Sur une échelle de 0 à 1 (0 signifiant beaucoup moins loin et 1 beaucoup plus loin), la réponse moyenne des Québécois était de 0,13 contre 0,38 dans le reste du Canada.»

Autre exemple tiré des mêmes sources de données, cette fois sur le port du niqab à la cérémonie de citoyenneté: 10 % des Québécois y étaient en faveur contre 39 % ailleurs au pays.

Il importe de rappeler que les débats relatifs aux accommodements religieux ont pris de l’ampleur au pays lorsque, en 2002, un élève s’est présenté à son école primaire montréalaise avec un kirpan – un petit poignard symbolique dans la religion sikhe.

En 2006, un YMCA de Montréal avait installé des fenêtres givrées dans une salle d’exercice donnant sur la rue après que la communauté juive hassidique eut fait une demande en ce sens afin d’éviter que ses enfants puissent voir des femmes en tenue de sport.

L’année suivante, l’adoption par le conseil municipal d’Hérouxville d’un «code de conduite» interdisant notamment l’excision sur son territoire allait donner le ton à la campagne électorale québécoise qui allait permettre à l’Action démocratique du Québec de devenir l’opposition officielle – elle qui ne comptait que quatre députés avant le scrutin.

Ces évènements ont entraîné la mise sur pied de la commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, dont le rapport a entre autres conclu que le port de signes religieux devait être permis pour les employés de l’État, sauf pour ceux qui sont en position d’autorité.

Ce sujet, on le sait, est toujours brûlant d’actualité au Québec.

Départager la religiosité du racisme

Les auteurs de l’étude ont cherché à savoir pourquoi les Québécois sont davantage réfractaires que les autres Canadiens aux accommodements religieux à la lumière de deux hypothèses: soit le Québec est moins religieux, soit le racisme y est généralisé.

Dans un premier temps, ils ont isolé le rôle de la religiosité dans la réticence aux accommodements. Pour ce faire, ils ont évalué l’importance de la religion dans le temps et selon les provinces.

Sur une échelle de 0 à 1 (1 étant le plus fort), l’importance de la religion en 1965 était de 0,9 au Québec, comparativement à 0,6 dans les autres provinces. Cinquante ans plus tard, le score est descendu à 0,5 au Québec, tandis qu’il est resté le même ailleurs au pays.

«Les données montrent qu’il existe une corrélation entre la religiosité des gens et leur attitude à l’égard des accommodements religieux, indique M. Blais. Plus ils sont religieux, plus ils sont enclins à accepter les accommodements.»

Cette assertion est notamment vérifiée lorsqu’on s’arrête aux francophones: au Québec, ils sont moins religieux que dans le reste du pays et moins enclins à accepter les accommodements, tandis que les francophones hors Québec – plus attachés à la religion que les Québécois – y sont davantage en faveur.

Dans un deuxième temps, ils ont analysé les réponses des participants aux sondages en se focalisant sur les sentiments qu’ils disaient entretenir à l’endroit des différents groupes sociaux.

Essentiellement, les attitudes vis-à-vis des minorités ethniques – Noirs, Autochtones et Latino-Américains – ne sont pas moins négatives chez les Québécois francophones que chez les anglophones du Québec et du reste du Canada.

«Là où il y a une différence, c’est quand il est question des minorités religieuses, tels les hindous, les musulmans, les juifs et les sikhs, mentionnent les chercheurs. Les Québécois ne sont pas tant islamophobes qu’antireligieux.»

Sur ce point, les données révèlent que les personnes d’origine arabe forment le seul groupe à l’endroit duquel les Québécois francophones ont une vision plus négative, vraisemblablement «parce qu’ils ne font pas toujours la différence entre le fait d’être d’origine arabe et d’être musulman», écrivent-ils.

«Nous ne nions pas que le racisme existe, mais c’est surtout le sentiment antireligieux des Québécois qui explique leur attitude plus réfractaire qu’ailleurs au pays aux accommodements religieux», nuance André Blais.

Laïcité québécoise: une exception canadienne

Selon les chercheurs, la laïcité revêt une importance particulière dans la province, car elle fait historiquement partie du développement d'une identité nationale québécoise moderne.

«Dans l’histoire du Québec, l’Église catholique a longtemps contrôlé de près presque chaque volet de la vie sociopolitique, notamment par sa présence dans l'éducation, les soins de santé et le système de protection sociale», disent-ils.

Mais dans les années 60, à la faveur de la Révolution tranquille, les francophones ont établi les fondations d’un État laïque en retirant les représentants de l’Église des fonctions publiques.

«La société québécoise, qui était très religieuse, est ainsi rapidement devenue peu religieuse, dans un contexte où la population était animée par un fort sentiment antireligieux découlant de la quasi-omniprésence de l’Église dans toutes les sphères d’activité, souligne André Blais. Le rapport au religieux y est donc plus complexe qu’ailleurs au Canada.»

Selon lui, l’étude s’avère éclairante dans le débat actuel sur les accommodements raisonnables de même que dans celui sur l’interdiction du port de signes religieux pour les personnes en autorité.

Les résultats expliquent-ils aussi la présence du crucifix à l’Assemblée nationale?

«Ça, c’est une contradiction!» conclut André Blais.