L’UdeM adopte une politique de reconnaissance des acquis expérientiels

Crédit : Université de Montréal

En 5 secondes

En se dotant d'une politique de reconnaissance des acquis expérientiels, l’Université de Montréal souligne l’apprentissage tout au long de la vie.

Une nouvelle politique est en vigueur à l’Université de Montréal afin d’harmoniser les pratiques en matière de reconnaissance des acquis expérientiels. Adoptée à la réunion de la Commission des études du 19 novembre 2019, la Politique sur la reconnaissance des acquis expérientiels vise la reconnaissance des acquis aux fins d’admission dans un programme d’études ou aux fins d’exemption de cours sur la base de la démonstration d’acquis expérientiels.  

Selon Sylvie Normandeau, vice-rectrice adjointe aux études de 1er cycle et à la formation continue, «cette nouvelle politique vient consolider, harmoniser et étendre les pratiques en matière de reconnaissance des acquis expérientiels. Cette politique reconnaît la diversité des parcours de formation qui mènent à l’université».

Qu’est-ce que la reconnaissance des acquis expérientiels?

La reconnaissance des acquis expérientiels est un processus par lequel les connaissances, les habiletés et les compétences acquises dans le cadre d’expériences professionnelles et de formation continue sont validées 1) en vue d’une admission dans un programme d’études ou 2) pour obtenir une exemption de cours. La validation des acquis se base sur la réalisation des apprentissages en fonction des objectifs de cours ou de programmes ou encore selon des critères précis, au premier cycle comme aux cycles supérieurs.  

Par cette politique, l’Université de Montréal affirme sa volonté de s’engager dans une démarche concertée de reconnaissance des acquis expérientiels aux trois cycles d’études et d’assurer un encadrement des pratiques en matière de reconnaissance des acquis expérientiels. Elle reconnaît aussi l'importance de garantir l’équité du traitement des dossiers soumis tout en protégeant la qualité de la formation à l’UdeM. Elle souligne en outre l’engagement de l’Université vis-à-vis de la formation continue et de l’apprentissage tout au long de la vie.

Une politique bien accueillie

La nouvelle politique a été bien accueillie par nombre de représentants facultaires. À la Faculté de médecine, Tony Leroux, vice-doyen aux sciences de la santé, a signalé que «l’École de réadaptation était ravie de collaborer à son implantation en permettant à des bacheliers en physiothérapie d’avoir accès à un programme de troisième cycle sur la base de l’expérience et d’acquis démontrés». Même son de cloche du côté de la Faculté des sciences de l’éducation (FSE) et de la Faculté de pharmacie. Selon Pascale Lefrançois, doyenne de la FSE, «notre faculté se réjouit d’avoir les moyens de reconnaître, de manière rigoureuse et équitable, ce que nos étudiants et étudiantes ont appris en dehors de l’université et de les encourager ainsi à poursuivre leur projet d’études». Responsable du programme de DESS en développement du médicament à la Faculté de pharmacie, Grégoire Leclair a mentionné: «Nous avons été agréablement surpris de la simplicité d’implantation de cette politique pour notre programme de deuxième cycle. Les outils requis pour l’opérationnalisation de la Politique sont déjà disponibles et facilement accessibles.»

Le service de la reconnaissance des acquis expérientiels

La Politique prévoit la mise en place d’un service de la reconnaissance des acquis expérientiels. Celui-ci permettra d’offrir un soutien personnalisé aux étudiants et étudiantes à chacune des étapes du processus dans le but de constituer un dossier conforme aux exigences avant de le soumettre à la faculté qui aura la responsabilité de procéder à la vérification des acquis expérientiels. Ce service veillera aussi à conseiller et accompagner les facultés au regard de leurs pratiques de reconnaissance des acquis expérientiels.

Un comité institutionnel de la reconnaissance des acquis expérientiels a également été formé. Son mandat est entre autres d’assurer le développement et le partage des expertises en matière de reconnaissance des acquis expérientiels, de formuler des avis et recommandations sur différents aspects de la reconnaissance des acquis expérientiels, y compris sur la procédure, les directives et les règlements liés à la Politique.

Pour en savoir plus sur la nouvelle politique, consulter la page concernée sur le site de l'admission