Impact de la COVID-19: partager l’expérience de la pandémie

  • Forum
  • Le 3 août 2020

  • Dominique Nancy
La pandémie de COVID-19 a complètement bouleversé notre quotidien.

La pandémie de COVID-19 a complètement bouleversé notre quotidien.

Crédit : Getty

En 5 secondes

Une équipe de chercheurs de l’UdeM, en collaboration avec divers partenaires, mène une enquête sur les effets de la pandémie sur la santé des populations canadiennes.

Grégory Moullec

La pandémie de COVID-19 a complètement bouleversé notre quotidien. Voici en résumé le tableau de cette crise, qui a eu un impact majeur dans la vie de tout le monde sur la planète et demeure encore un terreau fertile d’inquiétudes, croit le Pr Grégory Moullec, du Département de médecine sociale et préventive de l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM), et chercheur au CIUSSS du Nord-de-l’Île-de‑Montréal.

« Pour bien saisir tous les enjeux, tout particulièrement ceux de santé mentale, il est capital de voir les effets à long terme. On espère que la période de crise intense est terminée mais il y aura fort probablement d’autres vagues. On a le projet de comprendre les processus et adaptations des populations pendant mais aussi après la pandémie afin d’aider les décideurs à orienter leurs stratégies d’intervention », affirme le spécialiste de la santé mentale et du rôle que joue le milieu de vie sur le bien-être des populations.

Trois mois après le début de la pandémie, il a lancé avec deux collègues professeurs de l’ESPUM, Kate Zinszer et Yan Kestens, respectivement épidémiologiste et géographe de formation, l’étude COHESION. Cette enquête longitudinale est menée par une équipe d’épidémiologistes, de chercheurs en santé publique et d’experts en santé mentale de l’UdeM, en collaboration avec des universités partenaires, les autorités de la santé publique et du réseau de soins ainsi que divers milieux communautaires à travers tout le Canada.

Un projet pancanadien

Kate Zinszer

« COHESION est l’acronyme de “COvid-19 HEalth and Social InteractiOn in Neighborhoods”, un terme significatif autant en anglais qu’en français dans le contexte actuel où on cherche à cerner les facteurs de résilience et de cohésion des individus, des familles et des communautés », souligne M. Moullec.

L’étude COHESION est un projet pancanadien qui vise à évaluer l’impact de la pandémie sur notre vie quotidienne. « L’objectif principal est de mieux comprendre comment nos activités, nos interactions sociales et notre santé mentale auront été affectées pendant et après la crise, signale pour sa part Kate Zinszer, chercheuse au Centre de recherche en santé publique. On veut aussi comprendre les enjeux des familles selon les différents quartiers, notamment en ce qui a trait à l’accès aux soins. »

« Durant la crise, on a pris conscience de l’importance de nos milieux de vie sur notre santé, que ce soit la qualité de notre logement, de nos quartiers et du système de santé, ajoute la Pre Zinszer. On savait qu’il y avait des inégalités sociales bien avant l’arrivée de la COVID‑19 mais la pandémie nous a fait réaliser combien cela diffère d’une communauté à l’autre à travers le pays. On veut voir s’il y a des séquelles qui perdurent dans le temps en lien avec l’accessibilité des soins, les services du système de santé et les autres indicateurs de bien-être et de santé mentale. »

Pour déterminer les profils de santé et les inégalités sociales

Yan Kestens

À l’heure actuelle, les données de l’étude sont recueillies à l’aide de questionnaires en ligne et d’une application mobile auprès des populations de neuf provinces canadiennes, mais des discussions sont en cours afin d’inclure les Territoires.

« Nous documentons le bien-être des populations, leurs interactions sociales et la mobilité des gens en ayant recours à diverses technologies innovantes comme le GPS et le système Bluetooth. Une cartographie interactive nous permet également de recueillir des informations sur les lieux que les gens fréquentent et les interactions qu’ils ont. Tout cela est dénominalisé. Il n’y a aucune information sur l’identité des individus. Mais on peut notamment quantifier les contacts de chaque personne au cours d’une journée et déterminer un réseau des endroits fréquentés », précise le Pr Yan Kestens, chercheur au centre de recherche du CHUM.

Les participants de l’étude ont aussi la possibilité de télécharger sur leur téléphone mobile une application qui permet de mesurer divers indicateurs de leur bien-être, dont la qualité de leur sommeil et leur niveau d’activité physique. À travers des questions itératives qui reviennent dans le temps, les chercheurs peuvent ainsi évaluer le niveau de l’humeur et différents aspects affectifs des gens selon les contextes, les lieux et des moments précis de la journée.

« L’intérêt de nos travaux est notamment de mieux comprendre comment les individus et les familles interagissent avec leur environnement, souligne M. Kestens. Dans le contexte actuel, on a grand intérêt à considérer la mobilité quotidienne pour voir le type de lieux où ils vont mais aussi les modes de transport utilisés. Est-ce que les déplacements se font à pied, en auto ou en transport en commun? Ce type d’informations est important puisque cela nous aide à mesurer les interactions que les gens ont dans leur quartier et à voir comment les habitudes de vie quotidiennes évoluent en période de déconfinement. Avec ces données massives et des méthodes d’analyse complexes, il nous est possible de déterminer les profils de santé et les inégalités sociales. »

Il s’agit de l’une des rares études au Canada à pouvoir suivre la population pendant les vacances, mentionne Grégory Moullec. « Grâce à toutes les informations liées à la mobilité, il sera possible de voir les mouvements de population durant la période estivale et les impacts que ceux-ci peuvent avoir sur un ensemble d’aspects. »

Le succès de cette enquête dépend toutefois considérablement du nombre de participants à l’étude. « Plus il y aura de gens qui participeront, plus nos informations seront pertinentes et utiles pour les responsables de santé publique et les autorités en santé, affirme Kate Zinszer. Dans tout type d’urgence ou d’événement de santé publique, il y a beaucoup d’occasions d’en tirer des leçons afin d’être mieux préparés pour l’avenir. Notre enquête guidera et permettra de mettre en œuvre des interventions plus efficaces auprès des communautés et des individus. »

Tous ceux qui souhaitent participer à l’étude peuvent remplir le questionnaire en ligne sur le site de COHESION. Il est également possible de télécharger l’application mobile qui recueille des informations sur la mobilité, les niveaux d’activité physique et les contacts sociaux. À noter que cette option est facultative et n’empêche pas la participation au questionnaire.