La Fondation Courtois verse 159 M$ à l'UdeM pour la découverte de nouveaux matériaux

Crédit : Amélie Philibert

En 5 secondes

Il s’agit d'un don historique pour l'UdeM et du don le plus important accordé en sciences naturelles au Canada. Il permettra à des chercheurs de résoudre les plus grands défis de notre époque.

La Fondation Courtois et l’Université de Montréal annoncent un don d’une ampleur inédite : 159 M$ pour la recherche en sciences naturelles. « Ce financement confirme la place de l’Université de Montréal parmi les plus grandes universités de recherche au pays et fait du Canada un joueur capable de rivaliser avec les autres nations sur la scène internationale en sciences naturelles. Le domaine des matériaux de pointe est crucial pour la stratégie d’innovation verte dont nous avons collectivement besoin pour faire face aux défis de notre époque. Nous nous donnons aujourd’hui les moyens de contribuer fortement aux solutions d’avenir grâce aux avancées scientifiques qui seront faites ici, à Montréal », a souligné le recteur de l’Université, Daniel Jutras.  

Le don servira à créer l’Institut Courtois, qui favorisera une recherche libre et ambitieuse sur les propriétés de la matière en dotant les équipes de haut niveau d’installations de pointe. Cet institut d’avant-garde a été imaginé par une équipe interdisciplinaire qui a comme objectif de mettre à profit les progrès récents en intelligence artificielle et en robotique pour accélérer la découverte, l’élaboration et la caractérisation de nouveaux matériaux.  

« En investissant dans la recherche fondamentale et en soutenant la relève scientifique, nous satisfaisons à un besoin inné d’explorer qui élève toute l’humanité. Nous répondons aussi à des préoccupations plus immédiates comme le besoin d’assurer notre souveraineté technologique. Rappelons-nous que ce sont les sociétés qui ont été les plus actives en science fondamentale qui ont joui d’une plus grande prospérité économique », a déclaré Jacques Courtois, président de la Fondation Courtois. 

Transformer la science

Créer des batteries plus vertes, améliorer la fonctionnalité des objets imprimés en 3D ou trouver des options de remplacement aux minerais polluants à extraire font partie des recherches qui seront menées à l’Institut Courtois. « Grâce à l’apprentissage profond, l’utilisation de robots dans le processus d’expérimentation et l’évolution de la puissance de calcul, des avancées majeures sur la compréhension et les usages de la matière deviendront possibles. Ce don nous permettra de changer la façon dont la science se fait », a expliqué Frédéric Bouchard, doyen de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal. Cette accélération dépend du développement et du maillage d’expertises d’envergure dans ces domaines émergents que sont les nouveaux matériaux, la chimie, la physique, l’informatique quantique et l’intelligence artificielle, domaines pour lesquels l’Université de Montréal est déjà reconnue à l’échelle mondiale. 

L’Institut Courtois est actuellement logé au Complexe des sciences du campus MIL. Grâce au don de la Fondation Courtois, une nouvelle aile pourra être construite au Complexe des sciences pour y accueillir les nouveaux laboratoires lorsque le projet aura obtenu toutes les autorisations gouvernementales requises. Cette aile s’ajoutera à celle qui était déjà prévue pour les départements d’informatique et de recherche opérationnelle ainsi que de mathématiques et de statistique. Cet environnement innovant permettra aux scientifiques d’avoir accès aux meilleures installations de recherche disponibles et d’échanger avec des talents de tous les horizons scientifiques. 

Les laboratoires de demain

Ce projet d’envergure a été imaginé par des chercheurs établis et de la relève, notamment Mickaël Dollé, Audrey Laventure, Richard Martel, André Charette et Andreea-Ruxandra Schmitzer, du Département de chimie; William Witczak-Krempa, Luc Stafford et Philippe St-Jean, du Département de physique; et Yoshua Bengio, Gilles Brassard et Glen Berseth, du Département d’informatique et de recherche opérationnelle. Elles auront notamment accès à des laboratoires de nouvelle génération avec un soutien technique, robotique et informatique de haute performance. La capacité de calcul étant fondamentale, des supercalculateurs capables de traiter des problèmes complexes ou d’utiliser de grands volumes de données seront accessibles en tout temps aux spécialistes et aux étudiants et étudiantes.  

L’Institut Courtois sera aussi un lieu de prédilection pour former de nouvelles générations de chercheuses et chercheurs et des professionnelles et professionnels qualifiés. « Ce don leur offrira la liberté d’expérimenter et de s’attaquer aux défis les plus complexes. Ce type d’environnement, qui encourage la prise de risques et l’innovation, est propice aux découvertes et c’est extrêmement stimulant d’en faire partie », a déclaré Audrey Laventure, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les matériaux polymères fonctionnels.  

  • Daniel Jutras

    Daniel Jutras

    Crédit : Amélie Philibert
  • Jacques Courtois

    Crédit : Amélie Philibert
  • François Bouchard, Jacques Courtois, Frantz Saintellemy et Daniel Jutras

    Crédit : Amélie Philibert
  • Crédit : Amélie Philibert
  • Crédit : Amélie Philibert

À propos de l’Institut Courtois

L’Institut Courtois est né d’une idée simple: transformer la recherche scientifique en privilégiant la recherche fondamentale non orientée et en la dotant d’infrastructures de pointe. À l’intersection des nouveaux matériaux, de la physique quantique et de l’intelligence artificielle, l’Institut Courtois explore les frontières de la matière en rapprochant les toutes dernières avancées de l’informatique des chercheurs en chimie et en physique. Logé au campus MIL, l’Institut Courtois fait partie de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal.

À propos de l'Université de Montréal

Montréalaise par ses racines, internationale par vocation, l’Université de Montréal compte parmi les plus grandes universités dans le monde et notamment au sein de la francophonie. Elle a été fondée en 1878 et compte aujourd’hui 16 facultés et écoles. Elle forme avec ses deux écoles affiliées, HEC Montréal et Polytechnique Montréal, le premier pôle d’enseignement supérieur et de recherche du Québec et l’un des plus importants en Amérique du Nord. L’Université de Montréal réunit 2500 professeurs et chercheurs et accueille plus de 60 000 étudiants.

Relations avec les médias