Centre d’innovation technosociale de l’UdeM: un monde d’occasions à saisir

  • Forum
  • Le 20 décembre 2019

  • Martine Letarte
Inven_T appuie les chercheurs de l’Université qui souhaitent mettre sur pied des projets technosociaux innovants intégrant les principes de cocréation, de responsabilité et de dialogue.

Inven_T appuie les chercheurs de l’Université qui souhaitent mettre sur pied des projets technosociaux innovants intégrant les principes de cocréation, de responsabilité et de dialogue.

Crédit : Getty

En 5 secondes

Inven_T, le Centre d’innovation technosociale de l’UdeM, appuie les chercheurs de l’Université désireux de réaliser des projets intégrant les principes de cocréation, de responsabilité et de dialogue.

Inven_T, le Centre d’innovation technosociale de l’Université de Montréal, a été lancé le 4 novembre à l’agora de Mila. Les tables rondes organisées à ce lancement auront permis à différents partenaires d’alimenter des séances de remue-méninges interdisciplinaires pour donner un aperçu des occasions de développement à saisir.

À l’une des tables rondes, les participants ont discuté des modes d’apprentissage d’aujourd’hui et de demain chez les jeunes. Étaient réunis des développeurs de jeux vidéos et des experts de l’innovation sociale, de la pédagogie et des approches de collaboration entre humains et machines.

Les participants ont d’abord noté leurs préoccupations par rapport à l’innovation dans les modes d’apprentissage et ont ensuite désigné des solutions pour l’avenir. Par exemple, Virginie Zingraff, de la Maison de l’innovation sociale, a mentionné l’importance de s’assurer que tout projet répond à un besoin clairement exprimé. «Il faut toujours se questionner sur le choix de l’outil, puis travailler en cocréation afin que l’innovation sociale soit adoptée», a-t-elle expliqué.

Transformer et multiplier les façons d’apprendre

La technologie ouvre bien sûr une foule de possibilités, notamment en matière de formation à distance, un sujet qui a inspiré les partenaires d’Inven_T présents autour de la table.

«Les cours en ligne peuvent se donner beaucoup plus souvent que les cours traditionnels, qui demandent qu’on forme une cohorte réunie dans une classe, et ils permettent de multiplier les contenus pour s’adapter aux différents types d’apprenants», a indiqué Guillaume Chicoisne, conseiller scientifique à l’Institut de valorisation des données (IVADO) de l'UdeM.

Alors que la persévérance est le principal enjeu dans la formation à distance, des solutions technologiques peuvent être mises de l’avant pour améliorer l’engagement et la motivation des étudiants et étudiantes.

Pour David Duguay, cofondateur d’Affordance Studio, qui crée des jeux vidéos sérieux, la réalité virtuelle est une piste de solution intéressante. «Créer un environnement virtuel partagé permet d’ajouter à l’expérience interactive un effet de présence», a-t-il affirmé.

Alors que la majorité des jeunes dans les écoles secondaires occuperont des emplois qui n’existent pas aujourd’hui, il faut les amener à développer leurs compétences transversales, comme leurs capacités à communiquer et à s’adapter. Sans toutefois négliger les compétences disciplinaires, aux yeux de Bruno Poellhuber, directeur du Centre de pédagogie universitaire de l’UdeM. «La spécialité de l’université est la formation disciplinaire et les connaissances demeurent la base de la compétence, a-t-il précisé. Oui, on peut revoir les modes d’apprentissage et la technologie peut aider, mais il faut s’assurer que les étudiants acquièrent des compétences à la fois transversales et disciplinaires.»

Valoriser l’innovation technosociale

Pendant que cette équipe réfléchissait à l’avenir de l’apprentissage chez les jeunes, aux tables voisines, on parlait de bien vieillir chez soi, de cybersécurité et de protection de la vie privée, de prévention et de soins en santé mentale ainsi que de création et d’inclusion. Ces thèmes ouvrent la porte à des innovations technosociales qui pourraient voir le jour avec l’aide d’Inven_T.

La préparation et l’animation des ateliers, qui visaient notamment à sensibiliser chercheurs et partenaires aux principes de responsabilité, se sont faites en collaboration avec Algora Lab, l’équipe de Marc-Antoine Dilhac, professeur au Département de philosophie de l’Université et responsable du Comité d’élaboration de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’intelligence artificielle. Outre les partenaires cités plus haut, les ateliers et le lancement ont permis de réunir des représentants d’autres partenaires d’Inven_T, dont le Wapikoni mobile et Humanov·is, et ceux d’autres organismes tels que La guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec, la Société des arts technologiques, Korbit ou encore le Conseil national de recherches du Canada.

Inven_T: la suite

Le Centre d’innovation technosociale, inauguré en présence du recteur de l’Université de Montréal, Guy Breton, appuiera les chercheurs et partenaires de la conception d’un projet jusqu’à sa réalisation et, dans certains cas, la mise en marché. Il devra s’agir d’un travail de cocréation effectué par les chercheurs, les étudiants, les concepteurs, le milieu d’application et l’industrie. Le tout dans un esprit de dialogue avec les usagers et M. et Mme Tout-le-monde pour comprendre leurs besoins et considérer les retombées sociales d’un projet. Inven_T aidera aussi les partenaires à considérer dès le départ les enjeux de propriété intellectuelle et de droit d’auteur.

Pour commencer, Inven_T se concentrera sur trois thématiques: l’intelligence numérique pour créer et s’adapter, le développement durable et l’innovation urbaine ainsi que les innovations technopédagogiques. Pour Marie-Josée Hébert, vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation de l’UdeM, il ne fait pas de doute qu'«Inven_T créera des occasions additionnelles d’innovation, de mobilisation des connaissances et d’entrepreneuriat».

Ceux et celles qui ont un projet qui sort de l’ordinaire, qui favorise l’innovation technosociale en cocréation avec des milieux preneurs peuvent dès à présent communiquer avec l’équipe d’Inven_T. Le Centre, qui relève du Bureau Recherche-Développement-Valorisation, mais qui a ses quartiers généraux au cœur de l’écosystème en intelligence artificielle, à proximité de Mila et d’IVADO, offre toute une gamme de services aux chercheurs et chercheuses, notamment un programme de soutien aux projets technosociaux innovants.