Rendre la philosophie accessible aux jeunes

  • Forum
  • Le 7 mai 2020

  • Dominique Nancy

En 5 secondes

Le projet Les QuêtesPhilo, de l’Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse de l’Université de Montréal, est en ligne depuis lundi.

Le projet interactif Les QuêtesPhilo, mis sur pied pour permettre aux jeunes de réaliser des activités de réflexion ludiques et de mieux comprendre leurs émotions durant cette période de confinement, est en ligne depuis lundi.  

Élaborées par l’Institut Philosophie Citoyenneté Jeunesse (IPCJ) de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal, Les QuêtesPhilo consistent en plus d’une centaine d'activités gratuites destinées aux enfants âgés de 7 à 12 ans. Ces activités sont réparties selon neuf thèmes: créativité, solitude, ennui, perte, résilience, inquiétude, espoir, entraide et changement. Chacun des thèmes comprend 12 activités de réflexion créative qui s’inspirent de la pédagogie classique de la philosophie pour enfants et de l’approche novatrice de la philocréation.

«Ce sont des missions de pensée et de création pour les jeunes de tout âge! Le projet a été conçu dans un esprit ludique afin d’aborder des concepts philosophiques par le jeu et ainsi de les rendre accessibles», explique Natalie M. Fletcher, professeure associée au Département de philosophie de l’UdeM et coordonnatrice scientifique à l’IPCJ.

Mme Fletcher indique que des versions adaptées pour les petits d’âge préscolaire et les adolescents sont également proposées. Ils peuvent faire ces activités à la maison, seuls ou avec les adultes qui vivent avec eux. Un guide pour les adultes accompagnateurs est d’ailleurs disponible sur le site afin d’aider les enfants à se lancer dans l’aventure des quêtes philosophiques et de les soutenir.

S’aventurer dans ses pensées

Natalie M. Fletcher

Crédit : IPCJ

«La pandémie qu'on traverse en ce moment est un peu comme un territoire inconnu: on peut se sentir désorienté et vivre les choses différemment, signale la professeure associée. Pour aider les jeunes à mieux comprendre les émotions qu’ils ressentent en cette période difficile, on propose 108 activités regroupées sous neuf concepts.»

L’enfant peut choisir le thème qu’il désire explorer selon ses envies, que ce soit parce qu’il ressent le besoin d’apaiser ses inquiétudes ou parce qu’il est curieux de découvrir à quoi sert l’ennui. Libre à chacun, également, de réaliser les activités seul ou en ligne avec des amis. Chaque concept suit la même séquence d’activités, soit la routine de la journée.

«Le projet a été organisé de façon à redonner une structure aux enfants et à les accompagner toute la journée, mentionne la coordonnatrice. Mais il est possible de faire une activité ici et là, en fonction de ses besoins et envies. L’idée d’avoir des journées structurées vient de notre situation de confinement. Les enfants ne vont plus à l’école, les parents travaillent à la maison. Il est facile de perdre ses repères quand on n’a plus d’horaire fixe. On a donc pensé à inclure des séquences d’activités avec des pauses de pensée ludique pour le dîner et le souper afin que les jeunes puissent retrouver une routine.»

Les QuêtesPhilo proposent non seulement des périodes d’apprentissage et de découvertes créatives par le jeu, mais aussi des périodes d’échanges en ligne dans un souci de partage des réflexions et des créations. Cela facilite de plus le maintien de relations sociales malgré les mesures de distanciation physique. «On espère pouvoir ajouter des exemples de ce que les jeunes auront créé pour chacune des activités et les partager sur nos réseaux sociaux afin que d’autres jeunes voient ce qui a été fait.»

«À l’Institut, on vise la formation de la pensée des enfants dès l’âge de trois ans et jusqu’à la fin du parcours universitaire. L’idée est d’amener les jeunes à réfléchir par des dialogues collaboratifs», souligne Natalie M. Fletcher, qui est l’instigatrice de la philocréation, une approche pédagogique développée en 12 ans de pratique philosophique créative auprès des jeunes du préscolaire au collégial. «Avec le récent projet des QuêtesPhilo conçu spécifiquement pour répondre à des besoins durant le confinement, on avait le défi d’imaginer des activités pertinentes que les enfants pourraient faire seuls, même s’ils peuvent aussi explorer et bricoler avec leurs proches et leurs amis.»

Mais qu’est-ce que la philocréation? «C’est l’union des forces de la création et de la réflexion qui offre la possibilité de créer des scénarios imaginaires pour mieux comprendre le monde actuel, résume Mme Fletcher. Cela permet par exemple de transformer les concepts comme la résilience, la solitude et l’espoir en créatures vivantes. Dès lors, les enfants peuvent se questionner sur la manière dont ces créatures agiraient si elles étaient parmi nous, quels seraient leurs sentiments, etc. La philosophie devient tout à coup accessible!»

À son avis, Les QuêtesPhilo vont durer au-delà du confinement. Comprendre les émotions ressenties au moyen de concepts philosophiques constitue une façon de mieux appréhender le monde qui nous entoure et de diminuer l’anxiété des jeunes. «Même si tout redevenait normal demain, les activités et concepts présentés aideraient alors à vivre le changement», conclut Natalie M. Fletcher.

À propos des QuêtesPhilo

Les QuêtesPhilo sont disponibles en français et en anglais sur le site Web de l'IPCJ. De nouveaux concepts seront rajoutés régulièrement pour assurer une aventure sans fin! L’équipe des QuêtesPhilo est composée de Natalie M. Fletcher, Léa Cossette Brillant et Baptiste Roucau.