Comment apprendre par soi-même, selon 23 chercheurs de la Francophonie

  • Forum
  • Le 14 janvier 2021

  • Mathieu-Robert Sauvé
Sylvie Cartier

Sylvie Cartier

En 5 secondes

Sylvie Cartier présente son livre sur l’apprentissage autorégulé, paru chez L’Harmattan.

Prendre en charge son apprentissage: l’apprentissage autorégulé à la lumière des contextes. Voilà le titre d’une publication codirigée par Sylvie Cartier, professeure à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université de Montréal, qui vient de paraître chez L’Harmattan, en France. Elle nous explique pourquoi cet ouvrage vient combler une lacune dans le milieu francophone de l’éducation.

Qu’est-ce que l’apprentissage autorégulé et pourquoi un livre sur le sujet?

Il s’agit de la façon dont nous prenons en charge notre propre apprentissage selon un objectif dans un contexte donné. À l’école, cela commence dès la maternelle. Il s’agit plus particulièrement de la manière dont la personne mobilise des stratégies d’apprentissage cognitives et métacognitives, dont elle se motive et gère son travail et son environnement en vue d’atteindre les objectifs fixés.

Cette forme d’apprentissage autorégulé est le thème central de notre groupe de chercheurs de la Francophonie qui se réunit tous les deux ans depuis 2015 dans le cadre des activités du Réseau international de recherche en éducation et en formation. Devant le faible volume de publications collectives en français sur l’apprentissage autorégulé, nous avons décidé d’en faire le sujet d’un séminaire.

Cet ouvrage est le fruit des deux jours de travail du séminaire tenu à huis clos entre des collègues de la Belgique, de la France, de la Suisse et du Canada en 2019 à Toulouse. Avec mon collègue Jean-Louis Berger, professeur à l’Université de Fribourg, nous avons réuni des chercheurs francophones et deux doctorants pour qu’ils nous livrent les résultats de leurs plus récentes recherches dans le domaine.

Des discussions et des débats sur des textes de recherche proposés par chacun des participants et commentés par des collègues au cours de ces journées ont porté sur le rôle des contextes dans l’apprentissage autorégulé. Les participants ont par la suite retravaillé leur texte à la lumière des échanges qui ont eu lieu et il en est résulté un ouvrage de 11 chapitres qui fait le point sur la question.

Quelle a été votre contribution?

En plus de codiriger la rédaction du livre, je me suis intéressée à l’apprentissage autorégulé en contexte de lecture multimodale ‒ par exemple la lecture de textes, l’interprétation de graphiques et d’images ‒ en classe de français du secondaire. Contrairement à leurs pairs d’autres disciplines, les enseignants et enseignantes de français recourent peu à cette situation d’apprentissage. À partir des résultats d’une recherche-action collaborative réalisée au Québec, j’étudie la relation entre divers contextes d’apprentissage par la lecture multimodale dans une classe de français au secondaire et l’engagement des élèves.

À qui s’adresse votre ouvrage?

À tous ceux et celles qui étudient ou travaillent en sciences de l’éducation, bien sûr, mais aussi dans divers domaines de formation et de recherche, ainsi qu’aux gens qui s’intéressent à la pédagogie universitaire et au développement professionnel.

Sylvie C. Cartier et Jean-Louis Berger (dir.), Prendre en charge son apprentissage: l’apprentissage autorégulé à la lumière des contextes, Paris, L’Harmattan, 2020, 290 p.