La pandémie modifie-t-elle les projets d’habitation des retraités et des aînés?

  • Forum
  • Le 12 février 2021

  • Martin LaSalle
Une étude vise les retraités et futurs retraités afin de cerner leurs projets résidentiels et de formuler ensuite des recommandations aux municipalités et autres organismes.

Une étude vise les retraités et futurs retraités afin de cerner leurs projets résidentiels et de formuler ensuite des recommandations aux municipalités et autres organismes.

Crédit : Getty

En 5 secondes

L’équipe du professeur Sébastien Lord, de la Faculté de l’aménagement de l’UdeM, mène une enquête auprès des personnes retraitées ou qui le seront bientôt afin de connaître leurs projets résidentiels.

Vous êtes à la retraite ou le serez dans quelques années? Si oui, en quoi l’actuelle pandémie influence-t-elle vos plans de déménagement, qu’il s’agisse du lieu géographique ou encore du type d’habitation où vous souhaitez vivre dans les prochaines années?

Désireux d’approfondir ces questions, le professeur Sébastien Lord, de l’École d’urbanisme et d’architecture de paysage de l’Université de Montréal, vous invite à participer à un sondage dans le cadre d’un projet de recherche intitulé «Mieux comprendre les effets de la COVID-19 sur vos projets résidentiels».

Des tendances à définir

Sébastien Lord

Il est fréquent que les personnes qui se préparent à la retraite ou qui l’ont prise depuis peu envisagent de changer de décor.

«Avec l’espérance de vie qui s’est grandement améliorée au cours des dernières décennies, les gens à la retraite peuvent envisager de déménager plus d’une fois, que ce soit d'abord dans une maison plus petite ou un condo ou encore dans un chalet à la campagne, puis dans une résidence pour personnes âgées autonomes ou semi-autonomes», illustre Sébastien Lord.

Or, les conséquences de la pandémie de COVID-19 peuvent avoir modifié les plans de bien des gens.

«Le confinement ainsi que les risques associés à cette maladie ont possiblement joué un rôle dans la réflexion des personnes retraitées et nous cherchons à comprendre dans quelle mesure leurs projets résidentiels ont été chamboulés», indique celui qui est aussi directeur de l’Observatoire Ivanhoé Cambridge du développement urbain et immobilier de l’Université de Montréal.

Mené de concert avec sa collègue Paula Negron-Poblete – également vice-doyenne de la Faculté de l’aménagement – et un groupe d’étudiants et étudiantes, le projet de recherche bénéficie, entre autres, du soutien de la Fondation Luc Maurice.

L’objectif de cette enquête est de mieux comprendre la situation actuelle des retraités ou futurs retraités pour formuler ensuite des recommandations aux municipalités et autres organismes, notamment en ce qui a trait:

  • à l’offre de produits résidentiels adaptés aux besoins des personnes nouvellement retraitées ou aînées;
  • à la planification et à l’aménagement de leur territoire en tenant compte des divers besoins et préférences de leurs populations;
  • à différents services liés aux transports, au commerce et au soutien communautaire et institutionnel à domicile.

«Nous voulons explorer ces questions pour obtenir des données probantes quant aux tendances dont font état les médias, les transactions immobilières récentes ainsi que les agents immobiliers, conclut Sébastien Lord. Qui sait, peut-être que les gens vont opter pour la rénovation de leur maison et y demeurer ou choisir de vivre dans une habitation intergénérationnelle pour être plus proches de leur famille?»

Un sondage de 20 minutes sur Internet

Le temps requis pour répondre aux questions du sondage est évalué à environ 20 minutes. La participation est entièrement confidentielle.

Cliquez ici pour participer à l’étude.