Ambassadeur de la campagne de dons planifiés, le Dr Arto Demirjian veut servir d’exemple

Arto Demirjian

Arto Demirjian

En 5 secondes

Le Dr Arto Demirjian a prévu un don planifié à son «alma mater» dans le cadre de la campagne de dons planifiés de l’Université de Montréal.

De son arrivée à Montréal à son titre de professeur émérite de l’Université de Montréal, rien ne prédestinait le DArto Demirjian à devenir un philanthrope des plus engagés dans la cause de l’éducation, si ce n’est son dévouement pour autrui.

En 1957, Arto Demirjian vend son cabinet dentaire et quitte sa ville natale, Istanbul, dans l’espoir d’un avenir meilleur, persuadé d’être né sous un astre favorable.

Au Québec, le jeune Arménien accepte de reprendre ses études complètes de dentisterie à l’UdeM afin de répondre aux exigences de son ordre professionnel. Des études qui devaient durer quatre ans, mais qui ont été écourtées dès la deuxième année, l’étudiant se voyant promu directement en quatrième année grâce à un parcours sans faille.

Tous les espoirs sont alors permis. De condition modeste, orphelin à 12 ans, il peine à croire à la chance qu’il a eue d’avoir été reçu par la Faculté de médecine dentaire «comme dans une famille». C’est pour cette raison qu’il y reviendra, après l’obtention d’une maîtrise en anatomie humaine à l’Université de Toronto, pour se consacrer à l’enseignement et au développement de la recherche. Sa carrière s’échelonnera sur 42 ans. Il formera plus de 4000 dentistes québécois.

«Lorsque j’ai été admis à la Faculté de médecine dentaire, c’était comme si j’entrais dans une grande famille, comme si j’étais quelqu’un qu’elle connaissait depuis plusieurs années. Alors, tous les étudiants que j’ai eus dans ma classe ont été traités comme si elles et ils étaient mes enfants. Je les aime toujours!»

Le père des courbes de croissance québécoises

Les réalisations du DDemirjian sont multiples. La «méthode de Demirjian» est utilisée partout dans le monde pour déterminer l’âge dentaire de personnes décédées. Mais l’homme est surtout connu au Québec pour avoir fondé le Centre de recherche sur la croissance humaine en 1968. Pendant une vingtaine d’années, des pédiatres, des dentistes, des nutritionnistes, des statisticiens, des physiologistes et des anthropologues y ont mené une importante étude sur la croissance physique et le développement neuromoteur des enfants dont les parents avaient des origines canadiennes, de la naissance à la fin de l’adolescence. Ce travail a permis d’établir des courbes staturopondérales, communément appelées «courbes de croissance». Lauréat de nombreux prix au cours de sa carrière, il estime toutefois que ces acquis ne sont rien, si ce n’est pour redonner.

Prix d’excellence Arto & Sona Demirjian

C’est ainsi qu’il a créé, en 1997 avec sa conjointe, un fonds permettant la remise d’une bourse annuelle récompensant un étudiant ou une étudiante de la Faculté de médecine dentaire de l’UdeM. Le DArto Demirjian a également prévu un don planifié à son alma mater dans le cadre de la campagne de dons planifiés de l’Université de Montréal; il est d’ailleurs ambassadeur de la Faculté de médecine dentaire, ce qu’il considère comme un honneur. Il espère que son geste servira d’exemple.