Et si le rythme était le fondement de tout ce qui nous entoure?

  • Forum
  • Le 31 octobre 2019

  • Martin LaSalle
Le campus MIL de l’UdeM sera l’hôte, les 5 et 6 décembre, de rencontres intersectorielles et transdisciplinaires sur le thème «Aux sources du rythme».

Le campus MIL de l’UdeM sera l’hôte, les 5 et 6 décembre, de rencontres intersectorielles et transdisciplinaires sur le thème «Aux sources du rythme».

En 5 secondes

Les 5 et 6 décembre, l’UdeM sera l’hôte de rencontres qui réuniront des étudiants et des chercheurs des universités montréalaises autour du rôle fondamental du rythme dans différentes disciplines.

Regardez autour de vous. Sans que ce soit toujours perceptible, à peu près tout ce qui nous entoure semble répondre à une notion universelle: le rythme!

De l’atome entouré de protons et d’électrons aux forces qui régissent le cosmos ‒ en passant par les cycles circadiens, les pulsations cardiaques, le trafic routier, la musique, le cinéma, la météo, les saisons et tutti quanti ‒, le grand cycle de la vie semble obéir à différentes formes de rythme.

Afin d’explorer l’origine du rythme et de mieux cerner son importance, le campus MIL de l’Université de Montréal sera l’hôte, les 5 et 6 décembre, de rencontres intersectorielles et transdisciplinaires sur le thème «Aux sources du rythme», auxquelles sont conviés les chercheurs et chercheuses des universités montréalaises, toutes disciplines confondues.

Les participants auront la chance d’entendre les chercheurs à qui l'on doit cette idée pour le moins particulière, soit les cinq personnes lauréates des prix Killam de l’année 2018: André Gaudreault, de l’UdeM (sciences humaines), Vladimir Hachinski, de l’Université Western (sciences de la santé), Walter Herzog, de l’Université de Calgary (génie), Janet Werker, de l’Université de la Colombie-Britannique (sciences sociales), et James Pinfold, de l’Université de l’Alberta (sciences naturelles).

Il importe de rappeler que les prix Killam du Conseil des arts du Canada constituent l’une des reconnaissances scientifiques les plus prestigieuses du pays.

Une «idée improbable»!

Marie-Josée Hébert

Crédit : Amélie Philibert

Au cours d’une réception qui a suivi la remise des prix Killam 2018, tenue à Halifax, les cinq récipiendaires ont eu un échange passionné autour de la notion du rythme.

«André Gaudreault a lancé la discussion en demandant à ses pairs ce qui les émerveillait dans leur domaine de recherche et la notion de rythme a émergé comme point commun de disciplines d’emblée très éloignées les unes des autres!» relate Marie-Josée Hébert, vice-rectrice à la recherche, à la découverte, à la création et à l’innovation de l’UdeM.

Témoins de cette discussion enthousiaste, Mme Hébert et Tara Lapointe, directrice de la diffusion et du développement des affaires du Conseil des arts du Canada, ont évoqué l’idée de tenir des conférences sur le sujet tandis qu’elles partageaient un taxi à l’issue de la soirée.

«À mon retour à Montréal, j’ai discuté de cette idée improbable avec André Gaudreault, qui a saisi la balle au bond et a mis sur pied, de concert avec la vice-rectrice associée à la recherche et aux études, Julie Carrier, une série de rencontres préparatoires qui se sont déroulées à l’Université en mai dernier», poursuit Mme Hébert.

Pour les chercheurs et les étudiants qui s’intéressent au rythme

À l’instar de cette première activité, les rencontres intersectorielles des 5 et 6 décembre seront organisées en collaboration avec le Laboratoire CinéMédias, fondé par le professeur Gaudreault et dirigé par Santiago Hidalgo, ainsi que le Laboratoire d’innovation de l’UdeM.

Ces rencontres s’adressent à tous les professeurs, chercheurs et étudiants des universités montréalaises désireux d’explorer davantage la notion de rythme et attirés par la recherche intersectorielle et le partage des idées et des connaissances à travers différents champs disciplinaires.

«Ce deuxième rendez-vous vise à permettre aux chercheurs et chercheuses de faire connaissance, de discuter des enjeux de leurs travaux et de créer d’éventuelles collaborations, conclut Marie-Josée Hébert. Plus encore, il vise à les inciter à aller au-delà de leur discipline et à saisir les occasions qui peuvent sembler improbables à première vue.»

AIDE-MÉMOIRE

Quoi: rencontres intersectorielles «Aux sources du rythme»
Quand: les 5 et 6 décembre 2019
Où: amphithéâtre 3502 du campus MIL de l’Université de Montréal
Pour qui: les professeurs, chercheurs et étudiants des universités montréalaises

Pour s’inscrire en ligne.