Deux nouveaux programmes d’études en chimie

  • Forum
  • Le 11 décembre 2019

  • Mathieu-Robert Sauvé
La chimie environnementale est désormais un sujet d'études.

La chimie environnementale est désormais un sujet d'études.

Crédit : Getty

En 5 secondes

L’UdeM proposera l’automne prochain deux nouveaux programmes d’études supérieures spécialisées en chimie.

Le Département de chimie de l’Université de Montréal offrira deux nouveaux diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS) l’automne prochain, le premier en analyses environnementales et industrielles et le second en synthèse et architectures moléculaires. La Commission des études de l’UdeM a donné son approbation à ce projet à sa réunion du 10 décembre.

«Le secteur de la chimie environnementale et industrielle repose sur une série d’analyses de plus en plus sensibles pour mesurer la présence de contaminants dans l’environnement, pour doser les ingrédients actifs dans les formulations pharmaceutiques, pour [soutenir] la recherche de médicaments ou pour faire l’analyse de produits de consommation», peut-on lire dans le document de présentation. Le DESS se distinguera par une formation générale en analyse instrumentale et mettra l’accent sur l’acquisition des aptitudes requises pour mettre au point des méthodes d’analyse pour les instruments de pointe en chimie.

À la formation en analyses environnementales et industrielles viendra s’ajouter un stage de quatre mois qui permettra aux étudiants et étudiantes de mettre à profit les connaissances acquises. Ce DESS souhaite répondre à la demande exprimée par le marché du travail. «Ce créneau de la chimie est en forte demande dans le secteur privé et dans les laboratoires publics», fait-on valoir dans le descriptif. Aucun programme d’études supérieures comparable n’existe au Québec actuellement. Les diplômés pourront passer à la maîtrise en chimie s’ils désirent parfaire leur formation en recherche. Une trentaine d’étudiants sont attendus par cohorte.

Du côté du DESS en synthèse et architectures moléculaires, il s’agit de permettre aux étudiants et étudiantes de suivre une formation de courte durée afin de se spécialiser en synthèse de molécules organiques, de complexes inorganiques, de matériaux et de biomolécules. «Le secteur de la chimie de synthèse et d’architectures moléculaires repose sur des méthodologies et des stratégies de synthèse de plus en plus nombreuses et sophistiquées. La boîte à outils de l’architecte moléculaire, qu’est le chimiste de synthèse, est de plus en plus diversifiée, autant que le sont les molécules qu’il doit synthétiser. Les nouvelles méthodologies mises de l’avant et les techniques les plus avancées sont également plus respectueuses de l’environnement», font valoir les responsables.

Selon la porte-parole du département, Hélène Lebel, professeure de chimie organique, un effort a été fait pour répondre aux besoins des employeurs qui ont souhaité avoir des formations sur mesure. Le DESS, moins long qu’une maîtrise et plus spécialisé qu’un baccalauréat, est la formule privilégiée. Les étudiants termineront leur formation en entreprise dans le cadre de stages qui, dans certains cas, se transformeront en emplois à plein temps.