Football: le Carabin Marc-Antoine Dequoy s’engage avec les Packers de Green Bay!

  • Forum
  • Le 27 avril 2020

  • Martin LaSalle
Le footballeur Marc-Antoine Dequoy, des Carabins de l'UdeM, est devenu membre de l'organisation des Packers de Green Bay le 25 avril.

Le footballeur Marc-Antoine Dequoy, des Carabins de l'UdeM, est devenu membre de l'organisation des Packers de Green Bay le 25 avril.

Crédit : James Hajar

En 5 secondes

Le demi défensif des Carabins de l’Université de Montréal a signé un contrat à titre de joueur autonome avec les Packers de Green Bay à l’issue du repêchage de la Ligue nationale de football.

Marc-Antoine Dequoy vient de réaliser un rêve: le demi défensif des Carabins de l’Université de Montréal a signé un contrat à titre de joueur autonome avec les Packers de Green Bay à l’issue de la séance de repêchage de la Ligue nationale de football (NFL) le 25 avril.

«C’est surréaliste, je suis encore sans mot, a commenté l’étudiant-athlète quelques heures après avoir conclu l’entente. Je savais que les Packers étaient intéressés, mais j’ai vécu beaucoup de stress avant que tout soit officiel.»

Ce n’est qu’au terme des sept rondes du repêchage que Marc-Antoine Dequoy et son agent, Sacha Ghavami, ont scellé le pacte avec l’équipe de football professionnel du Wisconsin (voyez la réaction des membres de sa famille lorsqu'il leur annonce la nouvelle en conférence Zoom).

«Trois équipes avaient particulièrement manifesté leur intérêt et, au début de la sixième ronde, un sélectionneur de Green Bay a contacté Sacha pour discuter, relate Marc-Antoine Dequoy avec fébrilité. Ils ont reparlé ensemble à la septième ronde puis, à la fin du repêchage, on a eu une offre officielle.»

Il faut dire que le footballeur de 25 ans avait impressionné les recruteurs au cours du Pro Day des Carabins, le 9 mars dernier, dont ceux des Bears de Chicago et des Eagles de Philadelphie. Il s’était aussi fait remarquer à l’occasion du East-West Shrine Bowl, en janvier à Saint Petersburg, en Floride.

«Tout au long de ce parcours, j’y suis allé une étape à la fois, explique le numéro 24 des Bleus. Je savais que j’avais le talent pour jouer dans la NFL, mais il y a tellement de choses sur lesquelles on n’a aucune influence dans un repêchage… Mon pouvoir, c’est mon talent et j’ai pu me concentrer là-dessus grâce à Sacha, que je remercie pour les nombreux téléphones qu’il a fait sonner dans plusieurs équipes.»

Prochain défi: faire sa place

Dès que l'annonce a été officielle, les Carabins ont diffusé un photomontage où l'on voit Marc-Antoine Dequoy vêtu chandail des Packers avec le logo de l'équipe en arrière-plan.

Pour Sacha Ghavami, Marc-Antoine Dequoy a pleinement mérité d’avoir sa chance au sein de cette ligue où la compétition pour devenir et demeurer l’un des 53 joueurs partants de l’équipe est forte et constante.

D’ici le début de la saison, Marc-Antoine Dequoy devra mettre les bouchées doubles pour se préparer adéquatement: le minicamp d’entraînement annuel n’ayant pas lieu en raison de la pandémie de COVID-19, il recevra du matériel afin de pouvoir commencer à étudier les systèmes de jeu des Packers, ainsi qu’un programme d’exercices dans cadre d’un camp virtuel des recrues.

Comme le poste de demi défensif qu’il avait chez les Carabins n’existe pas dans le football américain (où s’affrontent 11 joueurs plutôt que 12 au Canada), quelle position le nouveau membre des Packers pourrait-il occuper?

«Marc-Antoine pourrait jouer comme demi de coin, demi de sûreté ou maraudeur et ce sera aux entraîneurs de décider en fonction de l’évolution. C’est rare d’avoir des qualités athlétiques de ce calibre, mais il pourrait sûrement jouer dès le début de la saison au sein des équipes spéciales», a souligné Sacha Ghavami, qui est notamment diplômé de la Faculté de droit de l’UdeM… et qui gère aussi la carrière d’un certain Laurent Duvernay-Tardif!

Une éthique de travail exceptionnelle

Marc-Antoine Dequoy entouré de ses deux mentors au East-West à Carleton, à l’été 2019: l'entraîneur Olivier Fréchette Lemire, des demis-défensifs des Carabins, et Paul Eddy Saint-Vilien, qui était l'entraîneur-chef des Nomades du Collège Montmorency, où il a joué.

Crédit : Chanel Boucher

Même son de cloche du côté d’Olivier Fréchette Lemire qui, au cours des deux dernières saisons, a dirigé Marc-Antoine Dequoy à titre d’entraîneur de l’unité des demis défensifs chez les Bleus.

«En plus d’avoir des capacités exceptionnelles, Marc-Antoine est un joueur très compétitif qui possède une éthique de travail admirable : il est toujours prêt à écouter et à apprendre et il met tous les efforts nécessaires pour s’améliorer, témoigne M. Fréchette Lemire. Et il est très conscient qu’il lui reste pas mal de chemin à faire.»

«Durant son séjour en Floride en janvier, il a beaucoup appris, conclut l’entraîneur de la défensive. S’il est appelé à jouer comme demi de coin, il devra améliorer sa flexibilité, car cette position exige beaucoup de mouvements de hanches; et s’il devient maraudeur, c’est la lecture des systèmes de jeu qui devient importante et Marc-Antoine a toujours été excellent dans la compréhension des jeux.»

Parions que son passage à la Faculté des arts et des sciences, en études du jeu vidéo, aura contribué à son succès sur le terrain!